Marche du jeudi 09 juillet contre Ronsard Malonda : derniers réglages entre Ngobila et l’UDPS

0
125

Sous la signature de son Secrétaire général intérimaire, Augustin Kabuya, l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social) a officiellement écrit au gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila, pour l’informer de l’organisation, ce jeudi 09 juillet 2020, de sa marche de protestation contre la désignation illégale, par l’Assemblée nationale, de Ronsard Malonda comme président de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante). C’est en fait la suite logique de sa déclaration politique du vendredi 03 juillet condamnant énergiquement l’acte anti-démocratique posé par la famille politique de l’ancien Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange.

En réponse à cette correspondance, l’autorité urbaine a convié le staff de ce parti à une séance de travail, ce mardi 07 juillet, en vue de se mettre d’accord sur les dispositions sécuritaires à prendre en vue de son encadrement par les deux parties.

            Selon Simon Adrien Kalenga, Secrétaire national chargé de la Communication, Information et Médias et porte-parole intérimaire, le mot d’ordre transmis à la « base » est celui du caractère totalement pacifique de  la manifestation. A cet effet, combattantes et combattants sont invités à faire preuve de discipline, mais aussi de vigilance pour faire échec aux infiltrés qui tenteraient de verser dans des dérapages.

            Au plan pratique, l’UDPS a défini trois axes pour le déroulement de la marche. L’axe 1, qui comprend Kin-Est (Tshangu et une partie du Mont-Amba), aura pour point de départ l’Echangeur de Limete et pour point de chute le Palais du Peuple. L’axe 2, secteur Kin-Ouest (Lukunga et une partie du Mont Amba), aura pour point de ralliement Kintambo-Magasins et pour destination finale le Palais du Peuple. L’axe 3, avec Funa et une partie de Lukunga) prendra son envol sur Huileries pour s’arrêter au Palais du Peuple.

            Le staff de l’UDPS compte sur la participation massive de ses cadres et combattants pour lancer un message fort en direction du FCC et de l’Assemblée nationale, afin de les amener, comme c’est déjà le cas pour les propositions des lois de Minaku et Sakata, à renoncer au passage en force dans le choix du successeur de Corneille Nangaa à la tête de la Ceni.

                       Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •