Marché Badiadingi : la discipline d’abord

1
84

Le responsable du marché de Badiadingi, à côté du camp militaire du même nom, sur la route de Matadi, le dirige comme un élément en uniforme. Il a imposé une discipline de fer aux vendeuses et vendeurs, obligés de se livrer chaque matin au travail individuel d’assainissement (« salongo ») avant toute activité commerciale. Les récalcitrants sont mis à pied pour deux ou trois jours. Certains rachètent leur « suspension » en payant une amende. Chaque samedi, tout le monde est sommé de participer au « Salongo » collectif.

         Même si ce moderne n’est pas doté de pavillon ni d’installations sanitaires modernes, son état de propreté est passable. Pour se soulager, marchandes et marchands négocient avec les sentinelles de l’Ecole Saint Ignace ou les résidents des parcelles du voisinage.

Yotothe Bakota

(Stg/UPN)

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 COMMENTAIRE

  1. J’ai beaucoup aimé votre façon de traiter les informations, continuez comme ça. vive le phare

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*