M.E.S.P./E.P.S.P. : la 4ème Assemblée générale s’est penchée sur le bilan de l’an 2013

0
97

mespLe président a.i. du Conseil d’Administration de la M.E.S.P/asbl (Mutuelle de santé des enseignants de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP), Me Guy Mafuta, a procédé à l’ouverture de la 4ème Assemblée générale de ce Conseil d’Administration (C.A.), le samedi 26 juillet 2014, au Centre catholique Nganda, dans la commune de Kintambo. La MESP est une mutuelle de santé mise sur pied par le Gouvernement et qui a pour mission de prendre médicalement  en charge les enseignants du secteur public de l’EPSP et leurs familles, en signant des conventions de partenariat avec des formations sanitaires agréées. Créée le 20 février 2010, la MESP n’a démarré effectivement l’accès aux soins pour ses affiliés que le 11/11/2011. Elle a été obligée de se battre durement sur le terrain pour s’imposer aux  enseignants, surtout que certaines gens n’avaient aucun intérêt à voir émerger une grande mutuelle, bien organisée et structurée, à même de contrecarrer les initiatives visant des ambitions partisanes. Dans cette âpre bataille, le mérite du Gouvernement, et particulièrement du Ministère de l’EPSP, est d’avoir réussi à placer des compétences utiles à des postes stratégiques. Après trois années de fonctionnement ininterrompu et particulièrement après l’exercice 2013, le Conseil d’Adminstration. se devait, comme chaque année – conformément aux dispositions de l’article 6 de ses statuts – tenir une Assemblée générale pour faire le bilan.

            Prenant la parole à cette occasion, Me Guy Mafuta a, de prime abord, rendu un vibrant hommage à une icône de l’Education, Feu Révérend Père Martin EKWA, ancien président du Conseil d’Administration, qui a consacré ses dernières énergies à la MESP pour sa constitution et le lancement de ses activités. Il a ensuite noté que l’Assemblée générale était l’occasion pour le C.A. de faire le bilan de tout un exercice, de rendre compte de la gestion de la mutuelle à l’Assemblée générale et d’obtenir d’elle les orientations pour le prochain exercice. Le Président a.i. du Conseil d’Administration a évoqué le nécessité d’étendre la mutuelle en provinces, conformément à ce que prévoyait la feuille de route 2013. Pour ce faire, il a souligné que des ressources additionnelles devaient être mobilisées. Selon lui, le Gouvernement, partenaire privilégié de la MESP, était favorable à l’accroissement de sa subvention, pourvu qu’un rapport d’audit international sur la bonne gestion des fonds alloués à la mutuelle lui soit produit. Une Société internationale d’Audit, d’expertise et de Conseils, sélectionnée, a audité les comptes, la gestion, le taux de satisfaction des bénéficiaires de la MESP et donnée un avis positif sur les possibilités d’extension de cette dernière.

            Extension dans les provinces et satisfaction des bénéficiaires de la MESP : 221.645 cas de maladies soignés et 45.000 familles d’enseignants soignées

            L’extension de la mutuelle dans les provinces a commencé par Lubumbashi, dans la province du Katanga. Pour prouver la véracité de cette information, Me Guy Mafuta a présenté deux représentants des syndicats d’enseignants du Katanga qui ont joué un grand rôle dans cette extension. Mais cela ne suffit pas pour le Président du C.A. Il a invité tous les participants à penser aux autres provinces et villes où se trouvent des enseignants : Yakoma à l’Equateur ; Kamira au Nord-Kivu et même dans le fin fond de Bandundu, Kasaï, etc. En prenant seulement les villes de Kinshasa et de Lubumbashi, il a signalé qu’il y avait déjà 221.645 épisodes de maladies pris totalement en charge par la MESP, qui a réussi dans l’entretemps à atteindre 45.000 familles d’enseignants sur les 500.000 que compte la République Démocratique du Congo. Ce succès récolté en trois ans d’existence se manifeste aussi par la satisfaction des bénéficiaires, constatée par l’Audit et confirmée sur le terrain par les enseignants et les syndicats de l’EPSP. Cette détermination à avancer pour servir les enseignants, a conclu Me Guy Mafuta, s’explique par le fait que la politique du Social des Congolais, voulue et déclarée prioritaire par le Président de la République, trouve son répondant à travers la MESP.

SAKAZ

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*