LUTTE CONTRE LA PAUVRETE :Des producteurs agricoles autour d’une table pour booster l’agriculture familiale

0
57

Plus d’une trentaine des délégués des fédérations provinciales des
producteurs agricoles familiaux, membres de la CONAPAC (Confédération Nationale des Producteurs Agricoles du Congo), se retrouver en atelier de  quatre jours, soit du 12 au 15 novembre 2019,  dans la Maison d’accueil de la paroisse saint Eloi, située dans la commune de Barumbu. C’est pour faire l’évaluation à mi-chemin du programme d’appui à la structuration, au plaidoyer et à la professionnalisation des producteurs agricoles familiaux (PASPOR), lancé depuis 2017.

En effet, le PASPOR est un programme quinquennal  qui a comme
objectif de permettre aux leaders des organisations paysannes
agricoles des provinces, d’améliorer  leur gouvernance interne afin
qu’ils soient structurés géographiquement  et thématiquement à travers le développement des chaines de valeurs durables. C’est à  ce titre qu’une évaluation a été diligentée afin de dégager des recommandations qui vont permettre au comité de pilotage de rectifier les tirs afin que ce programme atteigne ses objectifs.

Selon Paluku Mavimba, Président de la CONAPAC, plusieurs avancées ont été réalisées aussi bien par sa structure que les fédérations
provinciales du PASPOR, après différents mémorandums adressés aux
autorités du pays, notamment le ministère de l’Agriculture,  sur  la
manière dont le gouvernement peut appuyer l’agriculture familiale.  Il
s’est dit, par ailleurs, confiant quant à la vision du Président de la
République, de faire de l’agriculture un pilier important pour booster
le développement du pays et à lutter contre la pauvreté.
        Pour cette troisième réunion,  le président de la CONAPAC a exhorté
les participants à plus d’assiduités, car ils devront à l’issue de ces
assises, partager les expériences et capitaliser les meilleures
pratiques en vue de mener des plaidoyers efficaces en direction du
gouvernement  pour des résultats escomptés aux niveaux local,
provincial et national afin de booster le secteur agricole de la RDC.

71 % de la population touchés par la pauvreté en RDC

        Malgré l’énorme potentiel agricole dont dispose la RDC, elle reste
l’un des pays les plus pauvres du monde. C’est ce qu’a révélé le
représentant du ministre de l’Agriculture empêché, MUKENA BANTU
LUKUNZA, dans son mot de circonstance.
        Il  s’est dit inquiet de constater que la pauvreté touche près de
71,3% de la population, selon le rapport du PAM. Pourtant, le
potentiel agricole dont regorge le pays est à même de nourrir un tiers
de la population mondiale et pourrait même développer plusieurs
cultures d’exportation. Malheureusement, l’Etat congolais, pour la
survie de sa population, est obligé d’importer des milliers de tonnes
des produits alimentaires, dépensant ainsi plus ou moins 2 milliards
de dollars chaque année.
        Pour sortir de cette impasse, le ministère de l’Agriculture se
propose de mettre en place un plan national de relance du secteur
agricole qui consiste à subventionner les intrants agricoles auprès de
petits exploitants et à les encadrer où qu’ils soient.
        D’après les explications du conseiller du ministre de l’Agriculture
empêché,  ce plan va prendre en compte 16 millions de ménages
agricoles à travers tout le pays.
Ayant pris connaissance du travail accompli par PASPOR, lequel est
défini à travers les 6 objectifs  déclinés en 6 piliers, le ministère
de l’Agriculture félicite les dirigeants de ce programme dont la
CONAPAC, qui est en train d’encadrer les petits exploitants. Il estime
que ce travail, fait en amont,  prépare déjà la réussite  du plan
national  de Relance du secteur Agricole que le ministre compte mettre
en oeuvre l’année prochaine.
        Il sied de noter que PASPOR est appuyé par le Gouvernement du Royaume
de Belgique à travers la Direction Générale de Développement. Ce
projet s’articule autour de 6 objectifs spécifiques  tels que le
renforcement des organisations des producteurs agricoles à travers
leurs fédérations provinciales ; le développement des synergies à tout
le niveau pour une meilleure défense des intérêts des producteurs
agricoles familiaux ; l’intégration des filières agricoles comme force
économique ; etc.

Perside DIAWAKU

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •