L’Union Sacrée de la Nation n’est pas un fourre-tout, selon la DC de Diomi Ndongala

0
371

Dans une lettre ouverte adressée au Président de la République, Felix Tshisekedi Tshilombo, Cédric MUDIANTU Secrétaire National en charge de le communication et porte-parole de la Démocratie Chrétienne d’Eugène Diomi Ndongala,  qui s’est exprimé sur le passage de la  coalition CACH-FCC à l’Union Sacrée,  estime que celle-ci vise la recherche de la performance et de la bonne gouvernance basées sur le respect du bien public et la propension à servir l’État, conformément à la vision du Président de la République.

            Pour ce membre de la Démocratie Chrétienne, l’Union Sacrée n’a pas créé des nouveaux hommes. Elle n’a pas non plus imprimé une nouvelle mentalité. «Elle comprend aussi des personnes qui ont détruit ce pays depuis plusieurs années et contre qui, vous avez lutté et qui ont même aussi tenté de vous enfoncer dans le trou».

            Il y a de l’engouement certes, il y en avait eu également lors de la prise du pouvoir avec comme résultat un bilan aujourd’hui pas du tout satisfaisant. La mouvance du pouvoir n’a pas permis à Félix Tshisekedi de choisir avec qui œuvrer pour le Congo dont son  défunt père et lui-même avaient rêvé à travers la vision de l’UDPS, à laquelle ont souscrit  de nombreux alliés, qui en ont également payé le prix, à l’instar d’Eugène Diomi Ndongala.

            La République Démocratique du Congo est encore à l’heure du choix mais cette fois-ci pour sceller le sort de son avenir et celui du parti politique qui a porté Félix Tshisekedi à la magistrature suprême, l’UDPS, et même ses alliés que la Démocratie chrétienne a l’insigne honneur d’être.

            Visiblement, cette tâche est rude au regard du paysage qui se présente à lui , où il doit,  après avoir évité le FCC, composer avec les mêmes cette fois-ci chacun avec son intérêt. Ils ne sont pas ses disciples ni ceux de feu Étienne TSHISEKEDI pour qu’ils se conforment à  sa vision tel un disciple bien accompli. C’est ici la grande préoccupation car, nous jouons la seconde moitié du match, notamment pour revenir au score car la première moitié a été une défaite en quelque sorte».

            «Si le FCC est tombé avec la bénédiction du peuple, c’est puisque visiblement il a œuvré pour vous bloquer et cela n’appelle aucun doute. C’est pourquoi ce peuple croit encore en vous puisque vous avez été victime de la mauvaise foi et de l’hypocrisie politique de votre partenaire».

            «L’échec de ces deux premières années quoiqu’entretenu par le FCC, il y a également la part du choix qui n’a pas été rationnel car, la politique devait sous-tendre les rapports de force.  C’est d’ailleurs dans cette vision que la configuration du gouvernement a été bicéphale, pour donner à chaque partie la possibilité de veiller sur l’autre. Mais le CACH s’est fait dominer face aux malins du FCC.De cette expérience devait naître une conviction qui considère les institutions comme un lieu de compétence et d’expérience uniquement par-delà les affinités sociologiques.

            «Chacun qui vient à l’Union sacrée, apporte son cahier de charge en tant que force politique et c’est là le début d’une autre crise et d’un autre échec.  Tout revient à vous, Excellence Monsieur le Président de la République, qui connaissez vos poulains et savez dans quel contexte les utiliser pour faire face au défi qui est le nôtre et au regard du temps qui du reste, n’est pas notre allié». Yves Kadima

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •