L’UDPS pour la liberté d’expression et d’action de l’Opposition

0
282

Devant des milliers de ses combattantes et combattants, cadres et sympathisants, des représentants des partis alliés ainsi que des invités de marque, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) a commémoré le vendredi 15 février, le 37ème anniversaire de son existence. Cadre choisi : l’espace compris entre le grand et le petit boulevard Lumumba, devant son siège sis 11è Rue, dans la commune de Limete.

Cette manifestation présidée par Jean Marc Kabund A Kabund, en sa double qualité de président ai  et Secrétaire général du parti, a connu plusieurs moments forts ponctués par des interventions, des témoignages et de l’animation.

 S’adressant à l’assistance pour la circonstance, Jean Marc Kabund a d’abord relaté succinctement l’historique de son parti, marqué par une longue lutte de 37 ans au cours de laquelle de nombreuses vies humaines ont été perdues pour que l’Udps accède aujourd’hui au pouvoir. Puis, il a dévoilé les axes prioritaires de la gouvernance que l’Udps entend mettre en place, avec un accent particulier sur l’instauration d’un Etat de droit en République Démocratique du Congo.

L’opposition rassurée

Définissant l’Etat de droit comme un système de gouvernance où les dirigeants font observer les droits de l’homme, et où chaque citoyen est appelé à respecter ses droits et ses obligations vis-à-vis de la loi, l’orateur a souligné que ceux qui feront l’opposition au pouvoir de l’Udps auront la chance d’œuvrer dans un environnement bien aménagé. Contrairement à l’Udps qui a évolué dans un environnement très hostile, où la contradiction n’était pas seulement admise, mais pouvait également conduire à la mort. Par conséquent, ceux qui feront l’opposition à l’Udps au pouvoir évolueront dans un environnement où la contradiction fera partie des règles du jeu démocratique. Seulement, tout devra se faire dans le respect de la loi. « Il n’y aura pas de prisonnier politique sous notre règne. Celui qui veut critiquer le Président peut le faire dans le respect de la loi », a-t-il soutenu.

Les mauvais gestionnaires mis en garde

            Parlant de la gestion publique, le président ai de l’Udps n’est pas allé par le dos de la cuillère pour mettre en garde tous ceux et toutes celles qui oseraient se tromper de période, en croyant qu’une fois qu’on est placé à un poste de responsabilité, ministre ou mandataire public, l’occasion est donnée pour se remplir les poches comme cela a été de mise pendant des décennies.

            Maintenant, tout devra être orienté vers le bien-être commun et le développement du pays. A ce titre, les dirigeants sont au servide de la national.

            A ceux ou celles qui pourront confondre les périodes, il a promis que l’Udps sera dans la rue matin, midi et soir pour réclamer leur écartement des affaires publiques afin d’être déférés devant la justice.

Gare aux champions de la déstabilisation

            A l’instar des mauvais gestionnaires des affaires publiques de l’Etat ou des détourneurs des deniers publics, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social met également en garde certains pays qui se livreraient aux activités de déstabilisation visant le nouveau Chef de l’Etat. Le Royaume de Belgique qui donne l’impression d’être devenue le refuge de tous ceux qui complotent contre les intérêts du peuple congolais et le pays – la Belgique abrite actuellement sur son sol tous ceux qui planifient de mauvais coups contre la RDC – a été particulièrement mise en garde par le leader de l’Udps.

            On rappelle que la presse de l’ancienne puissance coloniale du Congo démocratique s’était alignée pendant la campagne électorale congolaise derrière un candidat que le pays tenait coûte que coûte à voir accéder au pouvoir. Tout était fait dans ce sens. Des sondages étaient montés au labo pour les besoins de la cause. Par contre, le candidat de CACH était la bête noire qu’il fallait à tout prix enfoncer à travers des campagnes de dénigrement.

Des centres de recyclage professionnel pour combattants

            Conscient des attentes de la base auxquelles il faudra trouver des solutions, le président ai de l’Udps a fait savoir que le parti envisage de créer des centres de formation professionnelle en vue d’encadrer ses nombreux militantes et militants, et les orienter, en cas d’opportunité comme des produits finis dont on a besoin. Il a ainsi assuré sa «base» que l’Udps en tant que parti des masses vise, dans son programme de gouvernance, la satisfaction du peuple et le développement national.

            Plusieurs invités ont pris part aux manifestations commémoratives du 37ème anniversaire de la création de l’Udps, parmi lesquels on peut citer le candidat à la présidentielle, Tryphon Kin-Kiey Mulumba, qui s’était désisté en faveur de Félix Tshisekedi, le SG de l’UNC, Me Jean Mayo, membre du Cap pour le Changement (Cach), un diplomate suédois membre du parti socialiste, partenaire historique de l’Udps, plusieurs responsables des partis alliés à l’Udps, quelques fondateurs ou délégués encore en vie, etc.Dom

  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •