L’OPPOSITION EN EXIL A-T-ELLE ENCORE DES MENINGES ?

0
174

J’avais dit l’autre jour que les 2 prétendus ultra favoris leaders invalidés préféraient le maintien du statut quo avec Joseph Kabila plutôt que de venir renforcer ceux qui s’organisent pour empêcher la fraude et mettre fin à l’humiliation nationale.  Il faut demander à Moïse Katumbi et à son chien de garde  Francis Kalombo, si à 60 jours
du scrutin,  ils pensent que Joseph Kabila et son caniche Naanga sont en mesure d’organiser les élections le 23 décembre avec 10.200 machines à voter qui sont encore bloquées à Matadi et d’autres annoncées mais non encore identifiées.

Nous savons tous qu’ils ne sont pas prêts et surtout qu’ils n’ont pas
l’intention d’organiser ces élections de sitôt. Ils cherchent une
nouvelle transition. Alors pourquoi leur donner un prétexte pour
justifier leur retard et mettre la responsabilité sur le dos de
l’opposition.  L’opposition n’a aucun intérêt à se bloquer sur  le
problème de la machine à voter ?  Nous savons qu’avec ou sans machines
à voter, Naanga a le pouvoir de proclamer les résultats qu’il veut,
comme l’a fait l’infâme Mulunda, soi-disant pasteur, en 2011. Il n’a
besoin que d’une feuille,  d’un bic et d’une caméra pour le faire.
L’opposition doit plutôt s’organiser, quadriller le pays et les
territoires, se mobiliser et lever une armée de soldats électoraux
pour tout vérifier, tout contrôler et contrer toute velléité de
tricherie. Une simple marche de plus contre la machine à voter ne
changera rien. C’est évident. Pire, elle va tout simplement épuiser
les forces et la mobilisation populaire dont on aura besoin pendant et
après le scrutin.
Les congolais ne sont pas naïfs. Ils constatent ébahis et avec
regrets  que les leaders invalidés n’ont jamais envisagé de soutenir
quelqu’un d’autre que eux-mêmes. Ils sont une partie du problème du
Congo car ils agissent sur ordre de forces obscures, internes et
étrangères. Chassez le naturel, il revient toujours au galop.
Le bon sens et l’amour du Congo aurait voulu qu’ils s’alignent sur le
candidat le mieux placé et qu’ensemble ils œuvrent pour empêcher un
nouveau hold up électoral par une mobilisation sur le vote et l’après
vote et non une mobilisation prématurée et stérile, pour donner
l’occasion à Kabila de décréter l’état d’urgent et de mettre un terme
au processus. Ils doivent savoir qu’ils ne sont ni les seuls, ni les
plus engagés, parmi ceux qui veulent en découdre avec la kabilie. Ceux
qui sont sur le terrain et qui luttent en live et non à travers
internet, ont une meilleure mesure de la réalité. Que diront-ils
après, si ce travail est fait sans eux ? Ils seront considérés comme
des alliés objectifs de Kabila et de Ramazani.
C’est mawable !
*# Dr Albert Mbutuku #*

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •