Loi sur la Décentralisation : les A.T. défient le Parlement

0
78

La vulgarisation de la Loi sur la Décentralisation auprès des Chefs des Secteurs, en vue de leur permettre de bien la maîtriser et l’appliquer à la base, dans le Congo profond, n’est pas du goût de leurs supérieurs directs que sont les Administrateurs des Territoires. Conservateurs comme il n’est pas permis, ils n’entendent pas lâcher la bride face à l’autonomie administrative et financière des Secteurs pourtant consacrée dans la Constitution. 

            La dernière session de mise à niveau des Chefs des Secteurs, organisée en juin 2010 sous la direction de Makolo Jibikilayi – l’expert désigné du ministère de la Décentralisation –  avec la collaboration des gouverneurs de province, a été lourde de conséquence au Kasaï Occidental. Dans cette partie de la République en effet, tous les Chefs des Secteurs qui mènent des actions de sensibilisation de leurs administrés à la Loi sur la Décentralisation et à son impact sur leurs relations avec l’Etat sont systématiquement diabolisés par leurs Administrateurs de Territoires. Ceux-ci les accusent de subversion et de rébellion à l’égard du pouvoir central, comme si l’animateur d’une entité décentralisée n’a pas le droit de prendre ses responsabilités conformément aux textes légaux.

         Certains, pour des raisons qui leur sont propres, font pleuvoir des mesures de suspension sur les Chefs des Secteurs « renforcés en capacités » tout récemment par Makolo Jibikilayi. La cohabitation est devenue si conflictuelle entre Administrateurs des Territoires et gestionnaires des Secteurs que ces entités de base sont pour la plupart paralysées au Kasaï Occidental.

         L’attitude des Administrateurs des Territoires n’est rien moins qu’un défi au Parlement, qui avait toiletté et voté le projet de la Loi sur la Décentralisation venu du Gouvernement. C’est aussi un défi au Chef de l’Etat, qui a signé l’ordonnance portant promulgation de ce texte, et contre le gouvernement, qui compte en son sein tout un ministère chargé de la Décentralisation.

         Au regard de ce qui précède, le Vice-Premier ministre Adolphe Lumanu, chargé de l’Intérieur et Sécurité, ainsi que le ministre Antipas Mbusa, chargé de la Décentralisation et Aménagement du territoire, feraient œuvre utile s’ils pouvaient rappeler à l’ordre tous les Administrateurs du Territoires qui accusent les chefs de Secteurs de rébellion, alors que ce sont plutôt eux qui marchent contre la loi.

         Des compatriotes de l’arrière-pays suggèrent aux députés en vacances de bien observer tout ce qui se passe sur le terrain en matière de Décentralisation et d’initier, si possible, une question d’actualité en septembre afin que le ministre de tutelle évacue la confusion qui semble s’installer dans les esprits de plusieurs Administrateurs des Territoires.                   

Jacques Kimpozo

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*