Loi sur la Cour des Comptes : Minaku accusé de plagiat

0
194

Un député honoraire du Parti Lumumbiste Unifié (Palu),  de la législature 2006-2011, vient de s’inviter dans les débats en cours à l’Assemblée nationale concernant la proposition de Loi sur la Cour des Comptes. Cléophas Gizanga – c’est de lui qu’il s’agit – réclame la paternité de ce texte proposé à la sanction des députés nationaux par le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, et le président du groupe parlementaire UNC et Alliés, Bamporiki.

Il a soutenu, lors de sa dernière sortie médiatique, le vendredi 28 avril 2017, que la proposition de loi organique sur le fonctionnement de la Cour des Compte, actuellement sous examen à la chambre basse du Parlement, est une copie conforme du texte qu’il avait déposé en 2006 et dont l’étude se faisait attendre.

A l’en croire, c’est depuis trois ans qu’il remue ciel et terre sans succès, pour tenter de recouvrer la paternité de son travail intellectuel.

Elu député à Kinshasa pour le compte du Palu dans la circonscription électorale de la Tshangu en 2006, Gizanga a fait savoir qu’il avait accompli toutes les démarches jusqu’à l’inscription de sa proposition de loi au calendrier des matières de la session ordinaire de mars 2010
à l’Assemblée nationale. Il  a souligné que l’actuel président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, député lors de la législature (2006 -2011) était  l’auteur, pour sa part, d’une proposition de loi
sur la mise en œuvre des instruments internationaux contre le
terrorisme, retenue également au calendrier des matières de la session
ordinaire de mars 2010.
D’après ce haut cadre du Palu, le président de la chambre basse du
Parlement était parfaitement au courant de l’existence de sa
proposition de loi, surtout que les deux textes placés à la page 8 des
matières de cette session. Gizanga se dit surpris de constater que sa
proposition de loi est inscrite parmi les matières à soumettre à
l’appréciation des députés, mais cette fois avec comme auteur Aubin
Minaku.
« J’ai écrit au président de l’Assemblée Nationale, Aubin Minaku,
depuis 2014, pour lui signifier qu’il n’est pas l’auteur de cette
proposition de loi », s’est plaint Gizanga.
Aussitôt après ce coup de gueule de ce Fidèle de Gizenga, les
réactions du président de l’Assemblée Nationale et du président du
groupe parlementaire UNC et Alliés n’ont pas tardé. Minaku et
Bamporiki ont profité de la séance plénière du samedi 29 avrail 2017 à
l’Assemblée Nationale pour donner leurs versions des faits.
Selon eux, le texte émane de l’Union Européenne et de la Cour des
Comptes et non de Minaku tel que prétendu par Gizanga. Minaku et
Bamporiki ont fait remarquer que les arriérés d’une législature, selon
la tradition, ne peuvent pas être reconduits dans la nouvelle
législature. D’où, l’ex-député national Gizanga ne peut pas
revendiquer la propriété d’un texte qui n’est pas le fruit de son
travail, comme il le prétend.            Eric Wemba

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •