Logistique électorale : le Gouvernement remet à la Ceni 150 camions, 9 avions et 7 hélicoptères

3
177

A 55 jours de la tenue des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales en RDC, le Vice-premier Ministre, ministre de l’Intérieur et Sécurité, Henri Mova, représentant le Chef de l’Etat, a remis officiellement hier lundi 29 octobre 2018, au siège de
la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), dans la commune de la Gombe, la liste des matériels logistiques pour le compte du Gouvernement.

Au nombre desquels, on compte 1 Ilyusin-77 ; 1 DC 8 ; 2 Antonov 72 ; 3 Boeing 727 cargo ; 1 Boeing 737 passagers ; 1 Boeing 737 cargo, 7
hélicoptères ; 150 camions (Kamaz) ; 135 camions militaires (Sino
truck), 171 pick-up et 1800 motocycles.  C’était en présence de
Néhémie Mwilanya (Directeur de cabinet du Chef de l’Etat, de Crispin
Atama Tabe (Défense), Azarias Ruberwa (Décentralisation), Yav Mulang
(Finances).
Des députés, sénateurs, diplomates accrédités à Kinshasa, officiers
supérieurs des FARDC et de la Police nationale congolaise,  ainsi que
des membres de la plénière de la Centrale électorale étaient aussi là.
La cérémonie a commencé dans la grande salle «  Abbé Apollinaire
Malumalu », à Gombe, où l’on a assisté tour à tour à la présentation
des matériels et à la remise, au président de la Ceni, des clés des
véhicules stationnés sur le boulevard du 30 juin, sous la surveillance
des hommes en uniforme.
Henri Mova a soutenu que les matériels logistiques remis à la Ceni
expriment la joie du peuple congolais qui attendait de pied ferme ce
moment historique. Selon lui, ce grand pas franchi, après plusieurs
étapes réalisées, démontre à suffisance que la tenue des élections à
la date du 23 décembre 2018 est irréversible. Le Gouvernement vient
ainsi d’exprimer sa souveraineté en finançant sur fonds propres, à
plus de 80 %, l’organisation des élections, et c’est la première fois
dans son histoire. Le doute qui persistait dans les esprits des uns et
des autres est désormais dissipé, à travers cette symbolique qui
booste la Ceni, en lui permettant d’être plus efficace dans
l’accomplissement de sa mission.
Le Ministre de la Défense, Crispin Atama, a rappelé à l’assistance
qu’il a été mandaté pour mettre officiellement à la disposition de la
Ceni lesdits matériels, comme promis en son temps par le Gouvernement.
Il a fait remarquer que l’armée congolaise a toujours apporté son
appui à la Centrale électorale, comme ce fut le cas successivement en
2006 et en 2011, indiquant qu’après les élections du 23 décembre 2018,
ces matériels reviendraient aux FARDC, et seront gardés à la base
logistique.
Quant à Corneille Naanga, président de la Ceni, il a salué l’apport
du Gouvernement central, qui ne cesse de ménager aucun effort dans
l’accompagnement du processus électoral. Dans son mot de circonstance,
il a rappelé les différentes péripéties qui ont émaillé sa structure,
surtout dans les moments les plus difficiles de son fonctionnement. «
Nombreux sont ceux qui doutaient de la capacité de la RDC de financer,
sur fonds propres, ses scrutins couplés présidentiel, législatifs
nationaux et provinciaux à la date du 23 décembre 2018 », a-t-il dit.
Il a souligné que la Ceni projette plusieurs activités incessamment,
dont l’audit du fichier électoral et la représentation des sièges pour
bien fixer les esprits.
A en croire le patron de la Ceni, à partir du 10 novembre 2018, tous
les matériels commandés seront bel et bien en RDC.
Après ces différents mots, l’on a procédé à la visite des véhicules
stationnés devant la centrale électorale, sur le boulevard du 30 juin.
Le ministre Crispin Atama Tabe a remis symboliquement les clés des
engins à Henri Mova qui, à son tour, les a transmises à Corneille
Nangaa.
Peu après, tous les officiels ont pris la direction de l’aéroport
international de Ndjili pour visualiser les aéronefs et les
hélicoptères affectés au transport du personnel et du matériel
électoral. Afin de démontrer à tous qu’il s’agit d’engins à même de
voler, deux hélicoptères ont pris les airs pour des vols d’essai. Les
deux équipages étaient partis et revenus au point de départ sans les
officiels.
Jean-René Ekofo

  • 10
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3 Commentaires

Comments are closed.