L’Intersyndicale nationale du Congo exhorte les politiciens au dialogue pour l’intérêt des travailleurs

0
79

 

C’est pour avoir enregistré récemment des morts et vécu des dégâts entraînés par les journées folles de janvier 2015, qui rappellent étrangement les pillages de 1991 et de 1993, dont on garde encore aujourd’hui les séquelles, ainsi que les traumatismes, que douze organisations syndicales implantées en RDC, se sont réunies en assemblée extraordinaire pour réfléchir sur la situation politique de l’heure. A l’issue de cette rencontre qualifiée d’interpellation et d’exhortation, CSC, UNTC, OTUC, Solidarité, CDT, FOSYCO,SOPA, ATC, CGSA, CTP, ACTIONS et FGTK, solidaires avec l’ensemble des travailleurs, agents et fonctionnaires de l’Etat, ont passé en revue la situation générale du pays et donné leur position.

A l’analyse des faits, cette plateforme syndicale part du constat des événements récents du mois de janvier 2015, qui à ses yeux, avaient détruit certaines installations économiques et 50 bus neufs en un seul jour, des infrastructures, renvoyé des centaines de compatriotes au chômage, et endeuillé de nombreuses familles. Forts de l’expérience de ces dernières années depuis 1991 en passant par 2006 et 2011, ainsi que janvier 2015, les syndicalistes relèvent les limites et l’irrationalité des scénarii de voie de violence et d’imposition des situations. Tout devant se discuter et se négocier dans l’esprit de la cohésion nationale.

Pour eux, il n’est pas explicable que les acteurs politiques qui tous sont unanimes qu’il y a des problèmes dans le processus électoral pouvant hypothéquer la paix à la fin du mandat du président de la République, rejettent en même temps toute une initiative ou opportunité de débattre ensemble ces problèmes. Car, dans tous les pays démocratiques du monde, l’Intersyndicale nationale du Congo réalise que la seule voie par excellence préconisée pour le règlement de tout problème a toujours été le dialogue, et d’ajouter que notre propre histoire ne tarit pas d’exemples à ce propos.

            Au moment où le ton monte partout, il est sage, note cette plateforme syndicale que les politiciens puissent aussi se mettre à l’écoute des autres forces sociales, dont notamment les travailleurs, ceux-là même qui créent des richesses de ce pays et financent le gouvernement par leurs impôts.

            L’Intersyndicale nationale du Congo a encore en mémoire, et avec elle tous les Congolais, les mauvais souvenirs de tous les pillages engendrés par les conflits politiques dans le pays ayant détruit des entreprises, des infrastructures et créé le chômage à grande échelle. Jusqu’à ce jour, le pays ne s’en est pas encore remis et la misère n’a fait que s’accroître.

            Paradoxalement, font remarquer les syndicalistes, après chaque cycle de violences, les acteurs politiques finissent par se retrouver pour discuter et faire le partage de pouvoirs au grand dam des populations abusées, sacrifiées et endeuillées. Voilà pourquoi, relève l’Intersyndicale nationale du Congo, pour prévenir et éviter des scénarii du chaos, l’attention des acteurs politiques doit être focalisée sur la réussite du dialogue, surtout que la RDC, fait-elle observer, n’est pas la propriété des politiciens qui doivent tous les temps, imposer à tout un peuple, pendant plusieurs décennies, des spectacles de violence et de misère et qui n’ont rien fait pour faire avancer le pays.

            La tristesse qui se lisait sur tous les visages à l’issue cette réunion extraordinaire, traduit des craintes justifiées de ces syndicalistes à partir des expériences vécues dans le passé de notre pays depuis 1960, année où le Congo a connu sa première crise politique majeure. Le résultat médiocre auquel chaque initiative a abouti, apporte indéniablement la preuve de l’incompréhension et de l’incompétence de la classe politique congolaise à trouver des réponses idoines aux questions réelles et vitales de notre société.

            L’Intersyndicale nationale du Congo qui a haussé le ton, rappelle que le pays est à nous tous. Et sur cette base, elle fait savoir que les avis de tous doivent être pris en compte en lieu et place des avis égoïstes et partisans de seuls politiciens. Cette plateforme syndicale prévient que cette fois, elle est décidée à prendre ses responsabilités en mobilisant les travailleurs pour barrer la route à tout schéma ne tenant pas compte de leurs intérêts majeurs, ainsi que du bien-être des populations en général, et des travailleurs en particulier.

            En substance, l’Intersyndicale nationale du Congo soutient donc le dialogue politique convoqué par le président de la république et demande aux uns et aux autres, d’y participer activement pour l’intérêt supérieur de la nation.

J.R.T.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •