L’INPP lauréat du grand Prix international « ISAQ »

0
87
L’excellence et la qualité du travail que l’Institut national de préparation professionnelle (INPP) abat depuis plusieurs années dans l’encadrement de la jeunesse non seulement congolaise, mais aussi africaine ne sont plus à démontrer. La reconnaissance n’ayant pas de frontières, c’est une organisation internationale du nom de Business Initiative Directions (BID) qui vient de sélectionner cette institution publique, afin de recevoir le Trophée « International Star Award for Quality (ISAQ)», dans la catégorie Or. 
En effet, la remise des Trophées ISAQ aura lieu durant la Convention à la qualité de Genève, en Suisse, le dimanche 30 septembre 2012, dans la spectaculaire salle « Intercontinental » de Genève, en face du Palais des Nations Unies, siège européen de l’ONU.
Le jury du prix ISAQ « International Star Award for Quality » est formé de professionnels expérimentés dans le monde des affaires, spécialisés dans la qualité, l’excellence et le service clientèle. Il est présidé par José E. Prieto, PDG de BID et président du Congrès. En font également partie : le docteur Alfonso Casal (Vice-président du Congrès), physicien, mathématicien et professeur de l’Université de Madrid, les docteurs Antonio Martinez et Enrique Liorente, qui sont les coauteurs du modèle de qualité QC 100. 
Il sied de retenir que ce Trophée n’est nullement un fait du hasard, encore moins un arrangement  complaisant à la congolaise comme nous avons l’habitude de le vivre à Kinshasa. C’est plutôt le fruit d’un travail bien fait, d’un travail excellent et de qualité abattu par le comité Maurice Tshikuya Kayembe.
 
Lors de la commémoration du cinquantenaire de l’accession de notre pays à la souveraineté nationale, la première dame du royaume de Belgique la Reine Paola, avait effectué une visite à l’INPP. A cette occasion, elle avait congratulé les responsables de cet établissement public pour la qualité du travail. Bien plus, si le gouvernement japonais a accepté de délier sa bourse pour octroyer à titre d’aide financière non remboursable une enveloppe de 23 millions de dollars américains pour la construction d’un complexe administratif moderne de la direction provinciale de l’INPP de la ville de Kinshasa, c’est également à cause de la qualité du travail, dont notamment : la maintenance de ses équipements, vieux de plus de 25 ans. 
En février 2011, les experts des partenaires ont passé au peigne fin la gestion de fonds et des équipements mis à la disposition de cet établissement public. La première particularité de cet audit, c’est le chois des auditeurs. Les bailleurs de fonds ont préféré une structure française très outillée et très réputée en la matière. Il s’agit de l’Agence Française de Développement (AFD), via la SOFRECO.
 
La deuxième particularité est que les partenaires ont pris en charge la totalité des frais y relatifs. Par conséquent, il n’y avait aucune raison pour l’INPP de sortir un seul rond. La troisième particularité, c’est la qualité, le volume et la pertinence du travail produit.  Une copie de ce document d’audit de plusieurs centaines de pages a été transmise aux plus hautes autorités de l’Etat. Ce document retrace sans complaisance les Forces et les Faiblesses de l’INPP, mais aussi ses Opportunités et ses Menaces.
Les experts ont souligné entre autres un appréciable renforcement des capacités du service de recouvrement, en vue de le doter d’agents du niveau supérieur d’études, capables d’effectuer un contrôle sérieux, un management avec une vision stratégique, le maintien du climat social au sein de l’entreprise, l’amélioration de l’image de marque auprès des partenaires, la redynamisation des actions de formation sur l’ensemble des entités provinciales, la pratique de la bonne gouvernance.
 
Michel  LUKA       
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*