Lingwala sous le choc

0
78

Les résidents de Lingwala, surtout les anciens, affectueusement appelés « Bana ya Saint Jean », n’ont pas pu retenir leurs  larmes à l’annonce de la mort de Simaro Masiya de son vrai nom Lutumba Ndomanweno, intervenue à Paris le samedi 30 mars 2018.

Beaucoup d’entre eux se sont spontanément dirigés vers sa résidence, sur l’avenue Isangi, pour saluer la mémoire du grand artiste, qui a honoré leur commune par son talent incontestable de compositeur et guitariste accompagnateur hors du commun. 

            La résidence de l’artiste n’a pas pu contenir la masse des personnes venues s’y recueillir.

            Les chansons de Lutumba étaient diffusées en boucle dans toutes les terrasses de Lingwala, et spécialement « Mabele », l’une des œuvres où l’artiste avait parlé de sa propre mort, soulignant au passage que le jour fatidique serait marqué par des coups de foudre. Comme par hasard, la pluie du samedi soir était émaillée de coups de tonnerre.

            Selon un patriarche de Lingwala, le succès de « Mabele » avait permis à l’artiste de s’acheter une parcelle sur l’avenue Isangi, à côté de la résidence familiale, où il est né et il a grandi.

            Fils d’un père maçon, Simaro Masiya vivait, depuis son enfance, effacé. Il n’était pas exhibitionniste, même au summum de sa gloire musicale.

            Samedi soir, alors que de nombreux mélomanes tenaient à veiller chez Lutumba, la pluie s’est invitée au deuil, empêchant bon nombre d’entre eux de faire le déplacement.

Le dimanche matin, avant de se rendre à leurs différents lieux de culte, des voisins de l’artiste ont transité par sa résidence pour témoigner leur compassion à sa famille biologique.

            La bonne manière choisie par les « Bana ya Saint Jean » pour pleurer leur artiste était de balancer « Mabele » en boucle, en attendant le programme sur ses obsèques. 

Dimanche soir, la résidence de Lutumba était encore envahie par des amis et des connaissances.

            Artiste, journalistes, acteurs politiques… tous ont fait le tour de l’avenue Isangi pour compatir avec la famille de Simaro Masiya, décédé quelques mois après avoir mis fin à sa carrière, en remettant officiellement sa guitare à l’ex-président de la République, Joseph Kabila.Eric Wemba

  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •