L’incorrigible Ne Muanda Nsemi !

0
231

Depuis samedi 25 avril 2020, sur réquisition médicale établie par les autorités judiciaires, le gourou de la secte mystico-religieuse Bundu dia Mayala, Ne Muanda Nsemi, sous examen au Centre neuro-psycho-pathologique du Mont- Amba (CNPP). Au moment où des investigations sont ouvertes sur son mouvement, sur l’homme lui-même et ses activités, la justice tient à savoir si le gourou disposerait de toutes ses facultés mentales. Question d’être rassuré qu’il est sain de corps et d’esprit avant d’affronter la justice militaire. Car, depuis quelques années, Ne Muanda Nsemi afficherait de graves incohérences dans ses discours politiques et dans ses comportements. S’il est vrai que ces incohérences trahissent quelques sérieux problèmes psychiatriques, tout doit être soigneusement analysé, avant que le parquet puisse boucler son dossier judiciaire.

            Le samedi 25 avril, une délégation des députés du Kongo central a rencontré le Vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur pour obtenir que soient prises en compte ses revendications, au rang desquelles on peut citer le paiement de ses émoluments en qualité de député non versés à la suite de ses ennuis judiciaires, son arrestation et sa cavale. Avec Matusila en tête, les députés Ne Kongo ont sollicité que lui soient restitués tous les biens pillés dans ses centres et que soit réfectionné son quartier général de Ma Campagne qui a subi des dommages lors de l’assaut de la police. Pour ces élus, l’on devrait également prendre en compte, sa revendication de libérer quelques emplois, en faveur de ses adeptes.  

            Le même jour, on les a vus au Commissariat provincial de la police pour échanger avec quelques dirigeants de la milice «Makesa» et arracher un engagement de leur part, pour renoncer à leurs activités de force négative et rentrer à la vie civile. Cette demande parait à première vue irréalisable, étant donné que pour la plupart des fidèles, aucun homme sur terre, ne peut procéder à leur lavage de cerveaux s’il n’a pas reçu l’onction particulière du gourou, considéré comme le seul envoyé de «Nzambi wa Mpungu» sur terre pour libérer le peuple noir. En dehors de lui, il n’y a personne. A en croire l’un de ses adeptes, le «makesa» Matondo, Ne Muanda Nsemi incarne l’illuminé qui voit l’avenir de la RDC. Et cette vision «  prophétique » ne peut s’accomplir que si le chef de l’Etat le recrutait comme son conseiller.

            Dans le but de ne pas encombrer davantage les prisons, le gouvernement a décidé que 103 adeptes soient relégués dans leurs villages d’origine dans le Kongo central, notamment des femmes, des enfants et de vieilles personnes, membres de la secte. A la police, on indique que 35 membres de la secte blessés sont internés au Centre médical du Camp Lufungula. Seuls restent sous les verrous, 47 activistes de la milice politico-mystico-religieuse, ceux-là qui ont utilisé des calibres douze, des flèches, des lances et autres qui font partie de l’arsenal de Bundu dia Mayala. Ils comparaitront ce lundi 27 avril devant le Tribunal militaire de garnison de la Gombe.

            Hier dimanche, des OPJ du Commissariat provincial de la police relevant de la Coordination de la police judiciaire, étaient occupés à interroger les cadres militaires de BDK. On sait que la police avait appréhendé 203 « Makesa », rassemblés chez leur gourou au mépris de mesures de confinement décidées par le président de la République, notamment la fermeture de lieux de culte, la distanciation d’un mètre, le lavage régulier des mains et le port des masques.J.R.T.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •