Limete : les Kuluna ont encore tué au quartier Mombele

0
125

 Alors que le registre des victimes tuées par les Kuluna connaissait depuis des mois, un certain recul dans la ville de Kinshasa, et que les Kinois avaient renoué avec des réflexes de quiétude, ces  inciviques viennent une fois de plus de semer la mort dans la commune de Limete.
En effet, dans la nuit du lundi  21 au mardi 22 mars, un noctambule est tombé dans les griffes d’une bande des Kuluna munie des armes blanches qui rasait les avenues et ruelles de camp Mombele.
 C’est à 22 heures que Seba Lingondo, âgé de 38 ans, domicilié sur avenue Sankuru n°34, a rencontré une dizaine de ces marginaux qui ont exigé qu’il leur remette de l’argent et des téléphones portables. Bien que seul, le jeune homme n’a pas plié aux exigences des malfaiteurs. Devant cette résistance, l’un des Kuluna, raconte aujourd’hui un témoin de la scène encore sous le choc, a brisé une bouteille contre un mur et a enfoncé le tesson dans le ventre de leur victime. Saignant abondamment, Seba Lingondo est mort peu après.
 Les marginaux ont eu le temps de lui arracher ses quelques billets de banque et son téléphone, avant de s’évanouir dans la nature. Et de plonger tout le monde dans une émotion vive.
A Mombele, on laisse entendre que ces criminels sont connus, mais qu’aucune opération de ratissage n’est organisée par la police, afin de les mettre hors d’état de nuire.      
 Au moment où montent chaque jour, au sein de la population, des cris de détresse mêlés des cris de désespoir, les plus révoltés  risquent de basculer dans la jungle de la justice populaire, afin de régler les comptes aux marginaux qui n’ont qu’assez nargué les forces de police.
Beaucoup continuent à s’interroger sur le phénomène sans toutefois trouver un semblant de réponse.
 Quel tort les Kinois ont-ils commis de cohabiter dans leur ville, avec des marginaux sans foi ni loi ? Doivent-ils pour leur sécurité, s’exiler vers d’autres provinces ? Pourquoi les Kuluna jouissent-ils de l’impunité dans la capitale ? Qui est derrière ce phénomène ? Qui l’entretient et qui l’encourage ?
 Autant des questions que se posent chaque jour les Kinois, chaque fois que la presse dans sa chronique de faits divers, rapporte les crimes perpétrés au quotidien par ces hors la loi.
 Des victimes grièvement blessées, les unes, la tête recouverte  des pansements, les autres, les bras et épaules portant des bandages, et tous encore sous traumatisme, ainsi que des corps inertes poignardés, mutilés à l’aide des machettes, dévoilent aujourd’hui, les horreurs nous servies par les ghettos kinois qui sécrètent la violence. Personne ne supporte ni les images choquantes des victimes, ni l’exhibition de ces délinquants qui ont appris à clamer leur innocence comme pour se dédouaner. Personne n’oublie le mensonge de ceux qui surpris en flagrant délit d’extorsions, des cruautés bestiales, appréhendés à la suite de la clameur publique, prétendent sans vergogne qu’ils sont arrêtés pour rien, peut-être par jalousie.
                                                  J.R.T. 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*