L’IGF cible la DGDA, la DGI et la DGRAD

0
300

Conformément à la mission reçue du Chef de l’Etat, l’Inspection
Générale des Finances (IGF) vient de lancer une mission de suivi de la
traçabilité des recettes publiques dans les provinces du Haut-Katanga,
du Lualaba et du Kongo Central. C’est son Directeur général en
personne, Jules Alingeti, qui a pris la tête des experts chargés de ce
monitoring financier. Les régies financières cibles pour la
circonstance se trouvent être la DGDA (Direction Générale des Douanes
et Accises), la DGI (Direction Générale des Impôts) et la DGRAD
(Direction Générale des Recettes Administratives, Domaniales et de
Participation).

        Il est question, en ce qui concerne ces trois provinces, de suivre
les opérations douanières et fiscales à la lumière des décisions du
Conseil des ministres portant suppression des compensations et
exonérations illégales. A ce sujet, une attention particulière va être
portée sur les mouvements des marchandises au poste douanier de
Kasumbalesa, à la frontière entre la République Démocratique du Congo
et la Zambie, ainsi qu’aux taxes de passage des véhicules, au même
endroit, au niveau du KPB (Katanga Post Border).
        L’Inspection Générale des Finances voudrait également avoir une idée
des recettes de péage  réalisées sur l’axe routier
Lubumbashi-Kasumbalesa, où un grand flou semble être entretenu par les
agents percepteurs et leurs responsables.

        On laisse entendre que les gouverneurs du Haut-Katanga et du Lualaba,
soucieux de la bonne gouvernance de leurs entités territoriales et de
l’accroissement des recettes provinciales, soutiennent franchement
l’initiative de l’IGF.
        S’agissant du Kongo Central, les inspecteurs des finances, sous la
conduite de leur numéro un, vont s’intéresser spécialement aux
opérations douanières au niveau des ports maritimes de Matadi et Boma,
mais aussi à ceux de secours que sont ceux de Banana et Moanda.
Selon des informations en circulation à l’Inspection Générale des
Finances, les missions de contrôle dans les antennes des régies
financières implantées à Kinshasa ont eu le mérite de booster les
recettes et de réduire sensiblement les opérations maffieuses au
niveau des postes et dépôts des douanes, mais aussi des taxes fiscales
et administratives.

        On rappelle que dans cette sorte de campagne « mains propres », l’IGF
a déjà bouclé son enquête sur la gestion des fonds destinés à la
riposte contre le coronavirus et transmis à la justice, le dossier du
ministre de la Santé, soupçonné des détournements de ces fonds
publics. Quant aux enquêtes ouvertes sur la gestion du compte général
du Trésor public à la Banque Centrale du Congo, du Go Pass (taxes
aéroportuaires avant l’embarquement des passagers pour les vols
internationaux comme domestiques) et ainsi que du parc agro-industriel
de Bukanga-Lonzo, elles poursuivent leur cours.
                                Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •