Levée ou non des immunités d’un ministre : le sort de John Ntumba se joue ce jeudi

0
243

Le Procureur général près la Cour de Cassation avait écrit, il y a une semaine, au Bureau de l’Assemblée Nationale, pour solliciter la levée des immunités du ministre de la Formation Professionnelle, accusé d’être impliqué dans le détournement des fonds alloués à la réalisation des travaux du Programme de 100 jours du Chef de l’Etat au Kasaï Central. Il avait réservé copie de la même correspondance au Premier ministre. On parle d’une bagatelle de 30 millions de dollars américains. Annoncée pour hier mercredi 13 mai 2020, la plénière appelée à statuer sur le sort de ce membre du gouvernement est finalement fixée à ce jeudi 14 mai.

            C’est donc ce jeudi, en format de vidéo-conférence, que les députés nationaux physiquement présents comme ceux contraints de voter par procuration, conformément aux gestes-barrières et mesures de prévention du coronavirus, fixeront l’opinion nationale sur la suite à réserver à la requête du Procureur général près la Cour de Cassation. On laisse entendre que la justice est obligée de passer par cette procédure en raison du statut du ministre John Ntumba, couvert encore par des immunités parlementaires compte tenu de son statut de député national élu pour le moment frappé d’incompatibilité de fonctions.

            Les observateurs pensent, au regard de lourdes présomptions de détournement des fonds publics qui pèsent sur John Ntumba, que la plénière de l’Assemblée nationale ne lui fera pas de cadeau. Car, il est de notoriété publique qu’aucune nouvelle route, aucune nouvelle école, aucune nouvelle formation médicale n’a été construite ou réhabilitée au Kasaï Central. Des voix se sont élevées, pendant plus d’une année, pour réclamer des poursuites judiciaires contre ce ministre UNC (Union pour la Nation Congolaise), qui avait choisi de mener tout le monde en bateau. L’heure de rendre compte va donc bientôt sonner pour ce mandataire public indélicat.                            KIMP

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •