Lettre ouverte à mon frère BRUNO TSHIBALA .Excellence,

0
447
Bruno Tshibala, le 17/03/2017 à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo
Bruno Tshibala, le 17/03/2017 à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Je viens d’apprendre que vous vous êtes fait élire «Président de l’UDPS».
Mon devoir de citoyen est de vous rappeller qu’il n’en est rien, car l’article 97 de la Constitution ne vous autorise pas à faire partie de la direction d’un parti politique.
Comme vous le savez, en 2007 votre respectable predecesseur, ANTOINE GIZENGA, qui lui n’a pas un diplome de droit comme vous, mais est très respectueux du peuple, des principes et des normes, s’était éloigné de la direction du PALU tout le temps qu’il était Premier Ministre.
Tel en a été aussi le cas des personnalités telles que MBUSA
NYAMWISI, OLIVIER KAMITATU et même de Félix KABANGE NUMBI au sein de
votre propre gouvernement.
Excellence, on ne peut pas tout avoir: ou vous êtes ministre ou vous
dirigez un parti.
Or, votre plate-forme vous a conflé une mission délicate qui exige
toute votre concentration et ne saurait s’accomoder des luttes
partisanes.
Si je vous dis ceci, c’est à cause du gigantesque scandale que vous
causez au pays en vous exhibant dans une lutte anticonstitutionnelle
pendant que la nation vit un deuil suite à la perte de 15 casques
bleus tanzaniens à Beni.
Au lieu de vous rendre sur place compatir avec nos frères et consoler
les troupes, au lieu même de lancer un message de compassion, vous
annoncez que vous allez occuper le siège d’un parti politique!!!
Laissez-moi vous le dire: c’est trop bas pour un chef de gouvernement
en guerre de mettre en avant des tiraillements privés quand le pays a
besoin de souder ses forces pour neutraliser l’ennemi.
Excellence: vous n’êtes pas président de l’UDPS car les textes vous
éloignent clairement de cette éventualité et ceux qui vous diront le
contraire vous flattent avec des mensonges.
De grâce, souvenez-vous au moins des 35 ans de lutte aux côtés de
notre leader qui a basé son combat sur la recherche d’un état de droit
en RDC: vous êtes le dernier à qui on peut pardonner une violation
intentionnelle de la Loi Fondamentale.
Au nom de l’héritage de PAPA Etienne TSHISEKEDI, au nom de mon devoir
en tant que citoyen de ce pays, je vous invite à arrêter cette
embardée totalement illogique et à vous concentrer sur votre lourde
mission.
Par la même occasion, j’invite les médias et les membres de l’UDPS à
vous aider à ne pas oubier les normes qui régissent la vie publique,
dont la Constitution que vous devez impérativement respecter, faute de
quoi vous serez en train de renoncer tacitement à vos fonctions.

Salutions Patriotiques.
Fait à Kinshasa, le 12/12/2017
Jean-Louis Ernest
KYAVIRO

  • 22
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •