Les «urbanistes» réclame leur propre Secrétariat général

0
70

Le ministre de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme et de l’Habitat, Omer Egwake Y’angembe, a procédé, hier jeudi 25 juin 2015 à Kempinski Fleuve Congo Hôtel, à la clôture de l’atelier national de la réforme de l’Aménagement du Territoire (AT) en RDC. Cette session appuyée techniquement et financièrement par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et l’USAID/WRI avait, entre autres, pour objectifs : permettre à la RDC d’assurer un développement cohérent et équilibré de ses régions et secteurs de production grâce à une gestion spatiale avisée et concertée, valoriser durablement les richesses et multiples ressources naturelles du pays, et enfin, rationaliser le développement urbain et rural intégré.

Dans le lot des résolutions prises, les participants ont recommandé la dotation du volet aménagement du Territoire d’un Secrétariat général ; la collecte des données en vue de l’élaboration de la Politique nationale de l’aménagement du territoire ( PNAT) et de la Stratégie nationale de l’aménagement du territoire(SNAT)  ; le rattachement du Bureau d’étude et d’aménagement urbain(BEAU) au ministère de l’Aménagement du Territoire ; l’implication du monde scientifique au processus de l’Aménagement du territoire ; la clarification des mécanismes de concertation avec les ministères sectoriels ; l’élaboration des données chiffrées du coût de la réforme de l’Aménagement du territoire ; l’institution de manière impérative d’un ministère chargé  de l’Aménagement du territoire dans les gouvernements provinciaux ; la création d’une ligne budgétaire pour soutenir la réforme de l’aménagement du territoire ; la mise en place d’un cadre d’action et de collaboration avec les ministères sectoriels ; le renforcement des rôles des agents de l’aménagement du territoire ;  la garantie des équipements de base ; la préservation des droits des communautés locales et autres groupes vulnérables ; etc.

Pour atteindre cet équilibre entre le développement du monde rural et urbain, le ministre Egwake a précisé que la RDC, dans sa politique de développement durable, va mettre au cœur de sa stratégie une politique cohérente qui prenne en compte les aspects ci-après : les problématiques économiques, sociales, esthétiques, environnementales, culturelles et droits locaux des populations.  Ces aspects sont considérés comme des catalyseurs pour l’atteinte  des Objectifs de Développement Durable (ODD) qui seront adoptés en septembre par la RDC dans le cadre de son agenda de développement post-2015.

Il convient de noter qu’Omer Egwake a profité de l’occasion pour  présenter   le Document d’orientation stratégique pour l’élaboration de la politique nationale et du schéma national d’aménagement du territoire. D’ores et déjà, a-t-il martelé, cette réforme aura  surtout le bénéfice de clarifier les attributions des différents ministères pour éviter les chevauchements  des compétences.

Tshieke Bukasa

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •