Les médias appelés à s’approprier la sécurité des journalistes

0
90

L’Unesco, JED et le ministère de la Communication et Médias ont organisé hier jeudi 11avril 2019 au Cercle de Kinshasa une table ronde  sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité. 

                       Intervenant dans la partie protocolaire, le représentant de l’Unesco en RDC a fait ressortir le manque cruel de volonté politique et d’engagement sincère des gouvernants au problème de sécurité des journalistes. Jean-Pierre Ilbudo a reconnu que la RDC se trouve au tournant de son histoire avec l’avènement de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo à la tête du pays qui d’ailleurs a promis de faire réellement des médias le 4ème pouvoir. Cet officiel a insisté sur la nécessité d’avoir des passerelles entre les institutions intéressées au problème de sécurité des journalistes.

            Dans son mot de circonstance, la ministre Marie Ange Mushobekwa  qui fait l’intérim du ministère de la Communication et Médias, est revenue sur son cas personnel pour rappeler avoir exercé le métier de journaliste pendant 18 ans. Reconnaissant  les difficultés d’exercer en toute indépendance ce métier, elle s’est appesantie sur la libéralisation du secteur médiatique survenue dans les années 1990, l’assassinat des confrères comme Ngyke, Maheshe….et celui plus récent du saoudien Kashogi, elle a demandé au journaliste congolais de s’améliorer et de ne pas se servir de son outil de travail pour régler des comptes aux gens.

            Scott Mayemba, délégué de JED a rappelé les inquiétudes de JED peu avant les scrutins  de décembre 2018, le qualifiant à l’époque d’élections de tous les enjeux. Il s’est réjoui des signaux lancés par le nouveau Chef de l’Etat qui  a manifesté le souci de faire jouer pleinement à la presse le rôle qui est le sien.

             Peu avant les échanges, Libudo a fait savoir que l’Unesco a mis sur pied le Plan des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité et qui a été adopté par une structure onusienne en 2012.

            La sécurité des journalistes est également liée à la question de l’impunité, car les personnes qui agressent les journalistes veulent les faire taire  et bloquer l’information. Et ce Plan prévoit la création des mécanismes au niveau national pour mieux protéger les journalistes.

            Expert de JED, Didier Mumengi (récemment élu sénateur) a interragi avec l’assistance pour la formulation des résolutions telles que l’appropriation par les médias du concept de sécurité des journalistes en instituant par exemple des chroniques de courte durée pour parler d’eux-mêmes, repenser la manière de célébrer des journées sur la liberté de la presse, l’accès universel à l’information…. en instituant des foires des médias.

            Il y a aussi nécessité d’aller vers les   «  cibles » souvent  en conflit ouvert ou non  avec les médias comme les magistrats, forces de sécurité, la police et bien d’autres corps des métiers. Mais aussi créer un Observatoire sur la sécurité des journalistes.

            Présents à cette table ronde,  Kitutu,  Kasonga, actuel président de l’UNPC, Stanis Nkundiye… ont à leur manière enrichi ces échanges au regard de leur expertise et ancienneté dans la profession.Jean-Pierre Nkutu

  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •