Les maraîchères de Mont-Ngafula sensibilisées sur les violences sexuelles

0
51

Le Réseau d’Organisations des Droits de l’Homme et d’Education Civique, d’Inspiration Chrétienne (Rodhecic) a organisé une journée de sensibilisation le samedi 26 septembre 2015  à l’intention des maraîchères de Mont Ngafula sur les violences sexuelles basées sur le genre « VSBG », la décentralisation, le rôle de la femme dans le processus électoral…

Cadre de ces échanges : la paroisse catholique Sainte Marie de Kimwenza.

Le fait qu’il y ait des méandres  dans le processus électoral et le souci  de faire imprégner  des concepts liés aux élections  et au mode de gestion  de la res publica aux compatriotes habitant loin du centre ville , est la raison qui a poussé le Rodhecic à initier ces échanges.

Rose Kamwanya a, avec le concours des paysannes de Mont-Ngafula, expliqué dans un premier temps la notion du viol. Selon elle, ce phénomène aussi vieux que le monde, ne faisait pas beaucoup parler de lui chez nous dans le passé. Il s’est amplifié avec la guerre de l’Est.

Exemples à l’appui, cette avocate  s’est appesantie  sur les  formes de viol, à savoir, les mariages forcés, le proxénétisme, l’attentat à la pudeur, l’inceste….  et les peines encourues par les violeurs.

Demandant aux maraîchères de dénoncer les violeurs en leur donnant des numéros de téléphone à appeler en cas de viol, elle leur a expliqué la procédure à suivre en cas d’agression sexuelle. Ces paysannes ont promis de ne plus cautionner les arrangements à l’amiable.

Son confrère Damien Mbwe s’est ingénié à faire comprendre aux maraîchères en des termes simples le concept de gouvernance locale participative. Il a indiqué que les acteurs sociaux et la population devraient s’y prendre pour contribuer au développement du pays.

 

Eduquer par le rire

 

Les comédiens de «Tuma Haut» ont apporté la gaieté à ces échanges tout en attirant l’attention des dames sur les stratagèmes des politiciens en période électorale.

L’activiste social Bertin Kaninda a planché sur la décentralisation et est revenu abondamment sur le découpage territorial, les avantages de ce mode de gestion….

Marcelline Kisita, coordonnatrice de la section genre et enfant au Rodhecic, a demandé à ses consoeurs de s’affranchir des pesanteurs socio-culturelles qui retardent l’émancipation  effective des femmes chez nous.

Paul Kabeya, secrétaire exécutif du Rodhecic, a  précisé que certains politiciens sont déjà en précampagne et qu’ils ciblent surtout les jeunes.   Il a recommandé à leurs hôtes  de recourir  si cela s’avère nécessaire aux  jeunes-gens d’une Ong installée à Mont-Ngafula et présents dans la salle  pour dénoncer les violeurs.

Approchés par les médias pour expliquer pourquoi le Rodhecic se déporte souvent à Mont Ngafula, Kabeya et Kisita ont dit que Kimwenza est une contrée quelque peu coupée du centre ville en raison du problème des routes.  La quasi-totalité de leurs invitées ignorent leurs droits et quoi de plus normal que  d’éveiller leurs consciences sur certains concepts. Et d’ajouter que leurs hôtes ont été enthousiastes tout au long des échanges.

Jean-Pierre Nkutu

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •