Les laboratoires du CME Ngaba et HGR N’djili outillés contre le Vih/sida

0
209

vih_sida_afriqueAprès leur réhabilitation, l’inauguration et la remise officielle des laboratoires du « Centre de Santé Mère et Enfant » de Ngaba (CME) et de l’Hôpital Général de Référence de N’Djili (HGR) ont eu lieu hier mardi 22 septembre 2015 dans ces deux établissements hospitaliers. Réalisés grâce au financement du CDC (Centre de Contrôle des Maladies), une agence du gouvernement des USA, avec l’appui technique d’ICAP, ces travaux s’inscrivent dans le cadre du « Plan d’urgence américain pour lutter contre le VIH/SIDA » (PEPFAR), une initiative de l’administration Obama, qui vise l’émergence d’une génération sans maladie.

Etaient présents à cette double cérémonie : les bourgmestres des communes de Ngaba et N’Djili, le représentant du ministre provincial de la Santé, une délégation de l’Ambassade des USA conduite par Kassim Sidibe, directeur du CDC/RDC, celle du CIP-ICAP, conduite par Faustin Malele, son directeur-pays, les médecins  inspecteurs des zones de santé de Ngaba et N’Djili, les médecins-directeurs des deux hôpitaux, etc.

Avant la coupure des rubans symboliques et la visite guidée des installations, les différents partenaires et bénéficiaires de ce projet, ont exprimé leur satisfaction. Dans son allocution de circonstance, prononcée dans l’enceinte de l’Hôpital général de référence de N’Djili, Jean-Fidèle Guetes, représentant du ministre provincial de la Santé, a indiqué que cette réhabilitation va contribuer à l’amélioration de la qualité des soins apportés aux patients de ces zones de santé et des environs. Il a ainsi exhorté les bénéficiaires de ces installations à en faire bon usage, et aux médecins inspecteurs provinciaux, d’en assurer un suivi régulier pour une utilisation soigneuse et bénéfique.

Kassim Sidibe a rappelé quant à lui que cette action fait partie  de la stratégie du PEPFAR dans son appui au ministère de la Santé, conformément au partenariat qui lie le gouvernement américain à son homologue congolais, afin d’arriver à une génération sans SIDA. Et pour atteindre cet objectif, a-t-il précisé, le laboratoire joue un rôle crucial.

Avant de réaffirmer le soutien et l’accompagnement du CDC au ministère de la Santé dans cette démarche, Kassim Sidibe  a attiré l’attention des bénéficiaires sur la différence qu’il y a entre recevoir des infrastructures et équipements modernes et leur entretien.

Selon Faustin Malele, directeur-pays de ICAP, le coût des travaux s’élève à 19.672 dollars pour le laboratoire de CME/Ngaba, à 22.830 pour celui de N’Djili, et à 20.000 dollars pour le deuxième bâtiment réhabilité à N’Djili, à savoir la cellule de prise en charge. Il a promis que cet appui va se poursuivre, aux côtés du CDC, en vue de travailler à l’amélioration des conditions des soins à administrer aux patients.

Les médecins directeurs Magoga Kumbudi de l’HGR N’Djili et Innocent Ngwende  du CME/Ngaba ont, à leur tour, exprimé leur satisfaction de voir leurs établissements hospitaliers dotés de laboratoires répondants aux normes et capables d’offrir aux patients des examens et diagnostics de qualité, non seulement pour les personnes vivant avec le VIH mais aussi d’autres malades.

Grâce à ces laboratoires, ont-ils souligné, ces hôpitaux voient leur efficacité augmentée, avec comme conséquence heureuse qu’un plus grand nombre de malades de ces zones de santé et même de toute la ville auront désormais accès aux soins de qualité.

Contrairement au passé, où le CME/Ngaba faisait fonctionner son laboratoire dans un seul local, avec tous les services connexes, cette intervention le dote désormais de locaux dignes d’un laboratoire moderne, avec les services de proximité. A l’Hôpital général de référence de Nd’jili, les visiteurs ont passé en revue des services tels que l’hématologie, la bio-chimie, la sérologie, la parasitologie, la bactériologie et la banque de sang.

Myriam Iragi

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •