Les «Kadhafi» en colère contre le ministre des Hydrocarbures

0
61

Entre le ministre des Hydrocarbures, Didier Budimbu et les vendeurs des produits pétroliers communément appelés les «Kadhafi» de la ville-province de Kinshasa la tension, c’est la guerre. 

Ainsi, pour exprimer leur ras-le-bol, ils ont organisé un sit-in, hier lundi 28 mars 2022, devant le bâtiment du gouvernement, situé dans la commune de Lingwala, en face du Palais du Peuple, à l’espace Tembe na Tembe. Ils ont barricadé la route et brûlé constamment des pneus, obligeant les automobilistes à rebrousser le chemin, avant que les jeeps de la police ne descendent sur le lieu pour dégager la route.

            A la base de leur courroux, il y a le fait que le patron des Hydrocarbures, Didier Budimbu, a ordonné de sceller sans autre forme de procès des dépôts des carburants à travers la ville de Kinshasa depuis le mercredi 23 mars 2022, une mesure jugée unilatérale par ces «pétroliers». 

            Pour eux, la décision du ministre est incomprhensible d’autant plus qu’ils détiennent des documents légaux leur donnant l’autorisation d’exercer librement leur activité au quotidien.

            En sus, ils ont acquis en bonne et du forme leurs permis d’achat et vente des produits pétroliers ainsi que l’autorisation de transport et stockage des produits pétroliers. 

            Djo Isungu, Président de cette coorporation et chef de délégation, a exhibé  devant  les journalistes différents documents, dont celui de la Division urbaine des Hydrocarbures, et du ministère de tutelle. Ces documents légaux donnent le feu-vert aux «Kadhafi», considérés à juste titre comme des opérateurs économiques et partenaires du gouvernement.

            Dans ces documents, ils sont  autorisés par l’Etat congolais à transporter et stocker  les produits pétroliers sur toute l’étendue du terrotoire national. 

            A en croire Djo Isungu, ils avaient été reçus succesivement le jeudi 24 mars par le Directeur de cabinet adjoint du ministre, et le vendredi 25 mars 2022 par la Commission des Hydrocarbures pour échanger autour de la décision du ministre, sans suite. Contre toute attente,  a-t-il  souligné, l’équipe du ministre déployée sur le terrain a poursuivi  sa randonnée pour continuer à sceller les dépôts des stocks des carburants à travers la ville.

            C’est ce qui les à poussées à faire  entendre publiquement leur voix, à travers ce sit-in. Ils envisagent d’autres actions de rue de grande envergure pour pousser à Didier Budimbu  à annuler sa décision. 

            Pour les observateurs avertis, la colère des Khadafi s’expliquent dans la mesure où ils paient régulièrement leurs taxes, et en tant qu’opérateurs économiques du secteur et partenaires du gouvernement, le ministre ne devrait agir de la sorte. Et d’ajouter qu’en scrutant les documents d’autorisation de transport stockage des produits pétroliers, ils n’exercent pas une activité clandestine.

            Aux dernières nouvelles, on apprend que le ministre Didier Budimbu a promis de recevoir ce mardi 29 mars 2022,  la délégation des Kadhafi, composée de 20 personnes dans son cabinet de travail.Jean-René Ekofo

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •