«Les investisseurs allemands craignent pour le climat des affaires»

0
44

En marge du 20ème anniversaire de la réunification de son pays, marquée par la chute du célèbre mur de Berlin, l’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne en RD Congo, le Dr Peter Blomeyer, s’est entretenu le mercredi 29 septembre avec la presse locale dans son cabinet de travail à Gombe. Plusieurs sujets (la réunification allemande, les relations bilatérales, le processus électoral, la sécurité, l’effacement de la dette, etc.) ont été évoqués au cours de cette rencontre. 

            D’entrée de jeu, Dr Peter Blomeyer a certifié les gains du comportement historique et héroïque affiché par ses compatriotes il y a 20 ans dans leur capitale, Berlin. « Nul n’avait prévu la réunification. Ce sont les gens eux-mêmes, convaincus d’être un seul peuple qui l’ont voulue. 

Nous avons retrouvé notre pleine souveraineté à travers cette étape et il y a aujourd’hui, entre autres comme bénéfices, un nouveau marché… » s’est-il réjoui, tout en reconnaissant qu’il y a encore quelques poches de nostalgiques rêvant encore d’une impossible partition du pays du feld-maréchal Otto Von Bismarck.

            Satisfait de bonnes relations existant entre son pays et la RDC, le plénipotentiaire germanique, en poste pour la première fois en Afrique à travers la RDC, a renseigné que son pays avait décidé d’effacer la dette congolaise à la hauteur de près d’un milliards Usd au total, en plusieurs étapes.

            La force de l’Allemagne résidant dans des petites entreprises, Dr Peter Blomeyer a exhorté les Congolais à créer eux-mêmes leurs Petites et moyennes entreprises(PME) afin de développer rapidement leur pays. Toutefois, concernant le retour des investisseurs privés allemands, autrefois très présents dans l’ex Zaïre, l’ambassadeur a indiqué que l’Allemagne a beaucoup d’intérêt pour la RDC. Et pour preuve, il revient lui-même d’une réunion avec l’organisation « Afrika Verein ». « Beaucoup d’investisseurs allemands sont intéressés à venir au Congo mais sont empêchés par le climat des affaires. C’est le système judiciaire accessible à des motivations qui n’est pas accepté par ces investisseurs» a-t-il révélé, tout en reconnaissant  les efforts du gouvernement donnant le meilleur de lui-même et très coopératif.  

Liens indissolubles 

            L’Allemagne et la RDC étant deux pays « indissolublement liés » depuis la Conférence de Berlin de 1885 qui a cédé le géant d’Afrique à la Belgique, le représentant germanique a rappelé que son pays s’est intéressé au Congo dès le début de son existence en y envoyant des chercheurs, des scientifiques, et autres explorateurs. Aujourd’hui encore, a-t-il relevé, l’Allemagne a beaucoup des compréhensions sur la situation géostratégique de la RDC. Parce que ces deux Etats ont de nombreux points communs : de grands pays au centre de leurs continents (Afrique et Europe) et ayant chacun 9 voisins. D’où, l’importance des moyens financiers consistants déboursés par l’Allemagne en faveur de la RDC : 150 millions d’euros pour 2009-2010. A cela, il faut ajouter la contribution des organisations privées, a indiqué le diplomate tout en rassurant que son pays entretient une relation de confiance fondée sur la détermination d’assurer l’aboutissement du processus de démocratisation et de reconstruction engagé en RDC en 2002.

            En effet, 3ème contributeur financier au budget de maintien de la paix de l’Onu, l’Allemagne est également le 3ème plus grand contributeur au budget de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation de la RD Congo(Monusco) avec une contribution d’environ 100 millions Usd en 2010, soit 8,5% du budget.

            Se fixant trois priorités dans le cadre de son appui à la reconstruction de la RDC, le pays dirigé actuellement par la chancelière Angela Merckel s’est investi premièrement dans réforme de l’armée et de la police congolaises. Il contribue largement aux missions de l’Union européenne Eupol (réforme de la police) et Eusec (réforme de l’armée) dans le cadre de la Politique de Défense et Sécurité commune. « Trois officiers allemands ainsi que trois employés civils allemands figurent parmi le personnel d’Eupol et d’Eusec. Alors que nous avons soutenu le recensement biométrique de nouveaux militaires intégrés à l’Est de la RDC, réalisé par les FARDC et par l’Eusec, avec 400.000 Usd. Ce projet a, en outre, permis de sortir 128 enfants soldats des rangs avec l’assistance des ONG spécialisées et d’assurer le paiement régulier de 21.000 militaires concernés », a-t-il appuyé, avant de rappeler la contribution de son pays dans le déploiement de la Police d’Intervention Rapide( PIR) dans les zones libérées des groupes armés avec un financement de 3 millions d’euros.

            La deuxième priorité concerne la coopération au développement basée sur des objectifs communs dont la lutte contre la pauvreté et l’obtention d’une croissance à grande échelle pour contribuer à la stabilisation du pays. Pour le Dr Blomeyer, ce partenariat s’élargit aussi à la stabilisation de l’écosystème et plus particulièrement à la transparence de l’utilisation de l’ensemble des ressources minérales ainsi que de l’exploitation des vastes écosystèmes forestiers au bénéfice de la population. Ainsi, l’Allemagne a choisi d’intervenir concrètement dans des secteurs clés tels que la microfinance ; l’eau et l’assainissement ; les ressources naturelles ; la santé ; la réintégration des jeunes défavorisés ; la Consolidation de la paix ; la prévention et la gestion des conflits ; et enfin, l’aide humanitaire, d’urgence et transitoire.

            Enfin, autour de la coopération culturelle, troisième priorité de l’Allemagne en faveur de la RDC, l’ambassadeur a révélé des projets d’échanges artistiques entre nos deux pays, amateurs invétérés de la musique. Cela s’ajoute aux coopérations étroites qui existent entre les universités allemandes de Würzburg, Aachen et Bayreuth.

            Notons tout de même que l’ambassade entretient des contacts très proches avec l’Institut Pole de Goma qui vient d’organiser un colloque intitulé « Repenser l’Indépendance » avec l’appui financier de l’Allemagne.

Tshieke Bukasa

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*