Les invalidés de l’AARC et AAB fustigent un coup fourré du PPRD

0
166

Hier, ils étaient frères et sœurs, déterminés à lutter pour la même cause, celle de maintenir au pouvoir de leur « Autorité morale », Joseph Kabila Kabange. C’est la raison pour laquelle, lors des élections présidentielles, législatives et provinciales et sénatoriales, les sociétaires du parti AARC et de la plate-forme AAB veillaient aux intérêts du Front Commun pour le Congo.

Dans une déclaration datée du 10 juin, le parti politique ‘’Actions Alternatives pour la Renaissance du Congo’’ (AARC) et le regroupement auquel il appartient, à savoir ‘’Action Alternative pour le Bien-être et le Changement’’ (AAB), fustigent les Arrêts de la Cour Constitutionnelle ayant invalidé arbitrairement deux des leurs députés nationaux dans les circonscriptions de Bulungu, au Kwilu, et de Masisi, au Nord-Kivu, au profit des candidats du PPRD (Parti du Peuple pour le Développement et la Démocratie) et de MIP, un de ses satellites.

            La déclaration sus évoquée était lue par Elysée Munembwe, députée honorée ayant siégé à l’Assemblée nationale sous le mandat d’Aubin Minaku (2011 – 2018). Selon ces arrêts de la Cour Constitutionnelle, le député AARC Justin Kangundu Khossy de Bulungu a été débarqué de la Chambre basse du Parlement au profit de la candidate du PPRD Louise Mayuma Kasende, tandis qu’à Masisi, l’AARC Bravo Mufula Shangwe a perdu son siège en faveur du MIP Boniface Gachuruzi. A entendre Elysée Munembwe, présidente de l’AARC et de l’AAB, dans les calculs parfaitement effectués par la CENI selon la règle du plus fort reste, les deux élus de son parti invalidés par la Cour Constitutionnelle ont réalisé beaucoup de voix que les candidats du PPRD.

Dorcas NSOMUE

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •