Les guides pour une meilleure lecture du concept genre

0
66

Les guides ( scouts féminins) ont célébré le dimanche 20 mars 2011  à l’Ep Maindombe à Matete   la journée internationale de la pensée et celle de la femme.  Du côté des invités, on a noté la présence de  Léon Rushisha, directeur chargé des associations, mouvements des jeune et Ongs au secrétariat général de la Jeunesse, Philippe Nzazi et Jules Mwila, respectivement secrétaire exécutif et commissaire international à la Fédération des Scouts du Congo « Fesco »…
 Les guides de différents âges et provenant de nombreux coins de la capitale  ont donné à ce double événement un cachet particulier.
 Appelées par exemple à expérimenter l’amitié qui les unit, guides et invités ont formé une longue  chaîne de solidarité,  l’esquissant par la même occasion des pas de danse.

 « Femme, mets-toi debout » et « Femme respectes-toi » sont deux saynètes interprétés par quelques jeunes-gens et filles pour faire voir que la femme d’aujourd’hui a l’obligation de contribuer au budget du foyer et au développement du pays.
 Ou encore pauvreté rime avec prostitution infantile et dépravation des  mœurs.
Des bengalis (guides de 5 à 11 ans) sont aussi entrées en jeu pour évoquer le problème de  l’insalubrité.
 Commentant ces pièces, Prudentine Mudjir, commissaire en charge du Développement Communautaire, a fait remarquer qu’elles ont l’obligation d’aider les filles à mieux  grandir et  à développer leurs potentialités..
 Et cela par le biais de l’éducation non formelle qu’elles leur dispensent.. Le développement de la RDC concerne les Congolaises et les congolais, a-t-elle ajouté.

Un travail de longue  haleine
 Peu prolixe à son tour, la commissaire générale de l’Association des Guides du Congo « AGC », Odette Goyo,  s’est dit flattée de voir leurs collègues de la Fesco se joindre à elles pour fêter ensemble le double anniversaire d’Olave et Baden Powell ( les fondateurs du guidisme et du scoutisme) mais aussi le mois de la femme. Elle a souligné que son combat se résume en l’augmentation des effectifs, la formation et la sensibilisation des guides et  la décentralisation du travail au niveau de la base.     Jeanne Lumbu, commissaire internationale de l’AGC est revenue sur le sens de la journée de la pensée, fêtée d’habitude le 22 février, jour anniversaire du couple Olave et Baden Powell. Au 22 ème jour du mois de février, les guides ont une pensée les unes envers les autres. Le « sou mondial » ou encore la contribution financière individuelle symbolise cette pensée.
 Depuis 2009, on a un thème triennal qui s’articule autour de la lutte contre le sida, le paludisme, la pauvreté… Beaucoup d’activités ont été organisées autour de ce thème l’année passée.
 «Pour cette année, nous mettons l’accent sur l’environnement, l’autonomisation des filles, des actions tendant à mettre fin aux violences faites à la femme.»
 Léon Rushisha, lui, a insisté sur la nécessité d’entamer la formation des enfants dès leur bas âge. C’est dans ce sens qu’il a félicité ses hôtes pour le travail qu’elles abattent dans l’encadrement de la jeunesse. Et la formation reçue par les scouts se manifeste par les jeux et activités en plein air , a-t-il déclaré.
 Revenant sur le mois de la femme, il a relevé l’organisation des activités enregistrées ça et là. Précisant néanmoins que le vœu du ministre de la Jeunesse et des Sports est  de voir les guides et leurs encadreuses  donner à notre pays des cadres dignes de ce nom,t capables de bien vendre l’image du pays.
 « Le ministre de la Jeunesse vous exhorte d’aller de l’avant en vue de s’attaquer aux anti valeurs qui ont élu domicile chez nous », a-t-il ajouté.

Jean- Pierre Nkutu

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*