Les femmes du Kwango conviées à prendre une part active au processus électoral

0
90

pierretteMwenze-710x400Pierrette MWENZE KISONGA, questeur à la commission électorale nationale indépendante (CENI), a demandé aux femmes  de la province du Kwango, de prendre une part active au processus électoral. Demande formulée lors de son passage par cette province en sa qualité d’animatrice du cadre de concertation genre et élection, qui a pour thème « Genre et élection, Femmes» Kwangolaise toutes main dans la main pour les élections réussies ». Elle a rappelé à ces femmes qu’elles représentent 52 pourcent de l’électorat. En tant que telles, elles doivent faire sentir leur poids car elles portent la vie et ont le devoir de la protéger.

Au cours des échanges organisées dans la salle polyvalente du collège Saint Jean-Bosco de Kenge, et qui ont porté sur le processus électoral. Pierrette Mwenze, accompagnée de Noël KAPUTO, membre de l’assemblée plénière de la CENI, a circonscrit sa descente dans cette partie de la RDC dans le but de transmettre l’information de la CENI de manière directe, claire et non intéressée non seulement aux acteurs politique mais aussi à la base. Une façon de mieux  faire cerner la nécessité et la pertinence de la révision du fichier électoral.

Par ailleurs, la questeur de la CENI a reconnu, lors des échanges, que son institution est confrontée quotidiennement aux mêmes questions :

– A quand le calendrier électoral ? ;

– Pourquoi la révision du fichier électoral ?

– Comment agencer les élections, en d’autres termes, par quelles élections va-t-on commencer ?

Pour ce qui est du calendrier électoral, la questeur a rappelé que la CENI avait déjà publié 3 calendriers qui étaient tous rejetés. Il s’agit de celui d’Avril 2012 avec  le Pasteur Daniel Ngoy Mulunda, de mars 2013 qui était  également rejeté parce qu’il était « global mais non inclusif », enfin celui de février 2015 qui était «trop global, ni consensuel, ni réaliste ».

            Raison pour laquelle, l’équipe actuelle, au lieu de se   précipiter à sortir un autre calendrier dont elle ignore les chances d’être accepté, a réfléchi aux activités à mener avant de publier un calendrier qui va emporter l’adhésion  plus ou moins globale des acteurs politiques.

            Quant à la révision du fichier électoral, elle s’avère nécessaire pour la simple raison que les acteurs politiques, toutes tendances confondues, sont unanimes à reconnaître que le fichier électoral de 2011 est pollué.

            A cela s’ajoutent les contraintes légales avec l’harmonisation de la loi portant enrôlement et identification des électeurs du 24 avril 2004 qui exclut l’enrôlement des Congolais de l’étranger tandis que la loi de janvier 2015 enjoint la CENI de les enrôler. A ces contraintes s’ajoutent les difficultés d’ordre financier et logistique.

            Pierre Mwenze a conclu en affirmant que le processus électoral passe par un chemin « critique » faisant des étapes incompressibles qu’on ne peut  ni sauter ni cumuler pour gagner du temps. Aucune étape de ce chemin critique ne peut précéder l’autre.

Yves Kadima

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •