Les Etats-Unis pour un transfert paisible et démocratique de pouvoir

0
53

usaDeux sujets, les élections en 2016 et le désarmement forcé des FDLR, étaient au cœur de la conférence de presse de Russel Feingold, l’Envoyé spécial du président Barack Obama dans les Grands Lacs, hier lundi 9 février 2015 à la résidence de l’ambassadeur des Etats-Unis en RDC à Gombe. A l’issue de ses différentes rencontres avec les officiels congolais, notamment le ministre des Affaires étrangères, Raymond Tshibanda, et certains membres de l’Opposition congolaise, ainsi que des activistes des droits de l’homme, le diplomate américain a indiqué avoir accueilli favorablement et encouragé la décision du parlement congolais de déconnecter l’organisation du recensement national de la tenue des élections. « Cette décision est un exemple frappant d’une démocratie qui fonctionne effectivement. Au cours de ma réunion avec les responsables du gouvernement, j’ai encouragé et exhorté le gouvernement à une signature
prompte de la Loi électorale par le président de la République. Ce sera un signal fort de la volonté de pouvoir rassurer la tenue des élections crédibles… », a-t-il martelé.

Partisan de la démocratie, Russ Feingold a souligné auprès de ses interlocuteurs que la violence n’a aucune place dans le processus politique. D’où la condamnation par les Etats-Unis des actes de violence commis aussi bien sur les manifestants pacifiques, que ceux qui ont profité de ces 3 journées (19, 20 et 21 janvier 2015), pour commettre des actes illégaux. « Ceci ralentit la marche démocratique de la RDC… », a-t-il lâché, avant d’ajouter que la fermeture de l’Internet et des réseaux sociaux par le gouvernement contribue aussi à limiter les libertés d’expression.

Continuant d’encourager le gouvernement congolais à poursuivre les enquêtes sur les abus et autres arrestations illégales constatées lors des manifestations de Kinshasa, les Etats-Unis ont réaffirmé qu’il y a nécessité de publication, par la CENI, d’un calendrier global populaire. « Nous pensons que les conditions sont là pour que ce calendrier soit publié et le gouvernement a dit à maintes reprises que ça se fera dans l’immédiat. Je tiens particulièrement à souligner le fait qu’il devrait inclure de manière claire la tenue de l’élection présidentielle au courant de 2016… », a-t-il rappelé.

Conscient que les élections ne sont pas l’affaire d’un jour, le délégué de Barack Obama a exhorté les acteurs politiques de la Majorité et de l’Opposition, ainsi que les activistes de la Société civile de s’investir dans le dialogue dans la marche démocratique. Quant à son pays, les Etats-Unis, ils ont réitéré au gouvernement congolais leur volonté de l’accompagner dans l’organisation des élections crédibles, pacifiques et transparentes qui se tiendront dans un délai raisonnable, sur toute l’étendue de la RDC. A ce sujet toujours, a lancé Feingold, la position des Etats-Unis est claire : le transfert de pouvoir doit se faire de manière paisible et démocratique à travers l’organisation des élections crédibles et transparentes. « Il n’y a aucune excuse de ne pas pouvoir, vouloir organiser les élections par manque des fonds. Bien sûr les ressources sont importantes pour des élections tranquilles.

Le gouvernement congolais a indiqué sa disponibilité à fournir le gros du financement qui devra permettre la tenue des prochaines élections. La Communauté internationale continuera à jouer sa part de partition et les Etats-Unis s’emploient à être parmi les premières puissances à pouvoir soutenir les élections en RDC. Il y a déjà 20 millions USD décaissés il y a quelques temps à cet effet et on peut espérer que la Communauté internationale pourra faire davantage, mais il ne faudra pas  utiliser cet argument pour ne pas tenir les élections en temps opportun ».

Balayant toute idée d’un acharnement singulier sur la RDC, Russ Feingold a fait noter que la question du respect constitutionnel est une politique que son pays promeut autant dans la région qu’au-delà du continent africain. Demeurant un ami de la RDC, le pays d’Obama attend les élections qui vont donner cours à un transfert pacifique du pouvoir.

Au chapitre des droits de l’homme, les Etats-Unis, souligne-t-il, sont particulièrement préoccupés par toutes les alertes présentées à travers le monde. C’est inapproprié d’arrêter les gens qui n’ont rien à voir avec les responsabilités dont ils sont accusés et d’instaurer un climat de terreur qui empêche les gens de s’exprimer.

Présentant enfin les condoléances de son pays suite aux nombreuses tueries perpétrées dans l’Est de la RDC, les Etats-Unis ont réitéré leur appui total à la traque contre les FDLR.
T.B.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •