Les Coréens réchauffent leur coopération avec l’INPP

0
50

Après plus de vingt ans d’interruption, la coopération entre l’Agence coréenne de coopération internationale (KOICA) et l’Institut national de préparation professionnelle (INPP) est de nouveau sur la sellette. C’est ce qui explique la visite guidée de la représentante résidente de cette agence en RDC, Mme Cho He Seung, mardi 12 avril 2011, de toutes les neuf filières de l’INPP. Au cours de celle-ci, Mme Cho He Seung et sa délégation se sont fait expliquer la mission fondamentale de l’INPP, à savoir, le développement des compétences nationales, ainsi que les contraintes liées aux infrastructures d’accueil, aux équipements et aux formateurs.

Se confiant à la presse peu après l’audience que lui a accordée l’Adg de cette institution nationale, Maurice Tshikuya, Mme Cho He Seung a indiqué que sa visite rentre dans le cadre du rétablissement de la coopération entre les deux parties. L’appui de KOICA, a-t-elle souligné, sera orienté vers les filières de l’électro-mécanique et de l’électronique.

Pour l’Administrateur directeur général Maurice Tshikuya, la coopération avec KOICA sera orientée beaucoup plus vers l’arrière-pays. Il a tenu à rappeler, à ce sujet, que la direction provinciale de l’INPP/Bas-Congo avait bénéficié depuis plus de vingt ans de l’apport de la Corée du Sud. Et pour preuve, les équipements réceptionnés depuis cette  époque sont opérationnels jusqu’à ces jours. Il a également relevé que les formateurs de l’INPP ayant bénéficié  d’une formation en Corée continuent à œuvrer à l’INPP. Certains d’entre eux ont été surpris en plein travail, dans les ateliers.

 

Appui de l’Agence française de développement aux directions provinciales

Vingt-quatre heures plus tôt, l’Adg Maurice Tshikuya a reçu une délégation de l’Agence française de développement (AFD) conduite par le Chef des projets à la division  de l’éducation  et de la formation professionnelle, M. Quentin Lebegue. Au menu : l’appui de cette agence aux directions provinciales de l’INPP. Cette rencontre, a fait observer le chef de la délégation de l’AFD, a permis aux deux institutions de renforcer de plus bel leur coopération et, plus particulièrement à l’AFD de déblayer le terrain en répertoriant les projets à financer. Et le financement interviendra au cours du dernier trimestre de l’année en cours, si pas au début de l’année 2012. 

Appelé à éclairer la lanterne de la presse, l’Administrateur directeur général Maurice Tshikuya a expliqué l’intérêt de cet organisme français pour les directions provinciales de l’INPP par la nécessité d’augmenter les capacités d’accueil, de renforcer les capacités des formateurs et de fournir des équipements, afin de répondre à la demande toujours croissante de jeunes de l’arrière-pays, car Kinshasa n’est pas la RDC. En outre, contrairement à l’agence coréenne de coopération internationale, l’AFD interviendra dans le domaine de l’ingénierie et de la formation des formateurs, ainsi que dans le renforcement des capacités de l’INPP.

Michel  LUKA

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*