Les consultations pour le Fédéralisme initiées par Gabrielle Kyungu wa Kumwanza à la base des violences au Katanga

0
60

L’Association Africaine de Défense des Droits de l’Homme, ASADHO en sigle, est vivement préoccupée par des violations des droits de l’Homme consécutives aux consultations que Monsieur Gabriel KYUNGU WA KUMWANZA organise en vue de réunir 100.000 signatures pour obtenir la révision constitutionnelle et l’instauration du fédéralisme en République Démocratique du Congo.

En date du 28 juillet 2012, lors de la consultation organisée par Monsieur Gabrielle KYUNGU WA KUMWANZA à Kipushi, ville minière située à 30Km de la ville de Lubumbashi, Messieurs Francis WOTO MPUNGA, Juge au Tribunal de Kipushi, et Taty NGOYI KAYUMBA, Défenseur Judiciaire, ont été tabassés et le pare-brise du véhicule immatriculé KT0701BB cassé par les militants de I’Union Nationale des Fédéralistes du Congo, UNAFEC en sigle, au motif qu’ils circulaient sur la voie principale pendant le déploiement de la caravane motorisée de Monsieur Gabriel KYUNGU WA KUMWANZA.

En date du 03 août 2012, la sénatrice GOYA KITENGE, en vacances parlementaires à Lubumbashi, est intervenue sur la chaîne de télévision Jua, appartenant à Monsieur Jean Claude MUYAMBO, dans l’émission Fura ya Katanga pour expliquer les avantages et inconvénients de la décentralisation et du fédéralisme.

A la fin de l’émission, elle a reçu des appels téléphoniques et sms insultants. Elle a été aussi traitée de traître par rapport à la cause du Katanga et d’être contre Monsieur Gabriel KYUNGU WA KUMWANZA.
En date du 04 août 2012, elle a reçu des informations selon lesquelles certains individus non autrement identifiés se prépareraient à aller incendier sa maison située dans la commune de Lubumbashi, à Lubumbashi.
Pour prévenir cet incident, elle a saisi les autorités provinciales et nationales au sujet de ces menaces, de sorte qu’à ce jour les policiers ont été commis à sa protection et celle de sa maison
 L’ASADHO estime que la tendance à imposer les seules vues de Monsieur Gabriel KYUNGU WA KUMWANZA sur les questions politiques au Katanga constitue un grand obstacle à l’émergence d’un débat démocratique sur les questions d’intérêt national.

Face à cette situation, I’ASADHO recommande :

• Au Gouvernement :
– D’interpeler le Président de l’Assemblée Provinciale du Katanga en rapport avec les atteintes aux droits de l’Homme causées par ses militants aux autres Congolais ;
– D’exiger du Président de l’Assemblée Provinciale du Katanga de garanties que ses militants respecteraient la liberté d’expression des congolais qui sont contre le fédéralisme ;

• Aux autorités judiciaires du Katanga
– D’engager des poursuites judiciaires contre les militants de I’UNAFEC impliqués dans les atteintes aux droits de l’Homme dénoncées dans le présent communiqué de presse ;
– De respecter la liberté d’expression de tout Congolais qui intervient dans le débat démocratique pour contredire le point de vue de Monsieur Gabriel KYUNGU WA KUMWANZA sur le fédéralisme,
– De réparer les dommages causés à Messieurs Francis WOTO MPUNGA et Taty NGOYI KAYUMBA par ses militants.


Fait à Kinshasa, le 14 août 2012
ASADHO

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*