Les Béjarts de Bandal autour des « Correspondances boyomaises »

0
60

 Dans le cadre de sa rubrique « Dire et Ecrire », le Service pour l’Education, les Savoirs & l’Appui à la Maitrise et à l’usage du français (SESAM) a produit le mardi 27 juillet 2010, un artiste congolais. Il s’agit de Maurice Papy Mbwiti autour de ses « Correspondances boyomaises ». Une programmation du milieu de semaine qui a drainé  du beau monde à l’Espace « Les Béjarts » de Bandalungwa-Synkin.

 Au centre de ces retrouvailles, des textes sensibles issus des ateliers d’écritures kinoises organisées par le Tarmac des auteurs à Kisangani en 2008. « Il était question pour nous d’aller palper les réalités et sensibilités d’un milieu donné pour enfin les immortaliser par écrit. Et, une ville martyre comme Kisangani nous a beaucoup inspirés. Nous avons marché dans presque toutes ses rues. Nous nous sommes imprégnés des ambiances de divers quartiers; rencontré la population et visité le cimetière où étaient enterrées les victimes de la guerre de six jours entre les armées rwandaise et ougandaise sur le sol congolais. »  

 

 En effet, les « Correspondances boyomaises » sont une compilation de deux poèmes (Kisangani boyoma singa muambe 1,3, 5, 9h45 et Amour, Gloire et Nausée) et deux nouvelles (La lettre de Sakina et la Réponse d’Husseni). Pour leur auteur, Papy Mbwiti, la poésie a été choisie pour  exprimer les ressentiments  d’un étranger dans une ville dégageant une atmosphère de deuil; dans une ville restée stationnaire. Tandis que la nouvelle emprunte une direction d’épistolaire pour les décrire par les lettres d’amour  entre deux jeunes étudiants. Puis, pour décrire les réalités de deux villes: celle de Kisangani ayant vécu la guerre et celle de Kinshasa sous une autre forme de  guerre sociale et humaine. L’ensemble exprimé dans un ton  de gravité, d’humour et d’espérance.
 En somme, l’auteur lui-même, Papy, a assuré la mise en ordre des textes résultant de l’observation sociale. Il a eu recours aux services d’interprétation et de lecture des trois comédiens de «Les Béjarts». Il s’agit de Starlette Mathata, Guelord Luzolo et Moïse Okitango. Alors que côté danse, Peguy Kwataba et Ornella ont joué sous le rythme musical de Freddy Massamba.   

Eddy Kabeya

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*