Les armées de l’Afrique Centrale évaluent «Kwanza 2010»

0
114

L’Exercice militaire « Kwanza 2010 », organisé en République d’Angola, du 22 mai au 10 juin 2010, par la Force Multinationale de l’Afrique Centrale (FO.M.A.C.), pour tester les capacités de réaction de cette organisation militaire de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (C.E.E.A.C.) face à des situations troubles, fut un succès indéniable et appelle à des félicitations pour la République d’Angola qui a accueilli cette manœuvre. 50 ans après les indépendances, a été continent africain est confronté à des menaces de déstabilisation de toute sorte auxquelles se sont ajoutés la cybercriminalité, le terrorisme, la prolifération des armes de destruction massive. Cette manœuvre « Kwanza 2010 » a permis la certification de la FOMAC par la CEEAC et par l’Union africaine (U.A.) suivant les normes internationales et le chapitre 7 de la Charte des Nations Unies. 

            Cela prouve que la FOMAC peut fournir des troupes pour le maintien de la paix dans plusieurs théâtres d’opérations militaires selon les demandes de la CEEAC, de l’U.A. et même de l’ONU. Toutes ces précisions ont été fournies par le lieutenant-général Didier Etumba, chef d’Etat-major général des Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) à l’ouverture des travaux de cinq jours (du 26 au 30 octobre 2010) de la « Conférence Bilan et Retour d’Expérience (RETEX) de l’Exercice Kwanza 2010 ».

          En effet, les Chefs d’Etat et de gouvernement des pays de la CEEAC, par leur décision 0187 de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEEAC, avaient décidé de l’organisation de cet exercice militaire. Et l’évaluation des résultats de cet exercice « Kwanza 2010 » fait l’objet des présents travaux qui se sont ouvert hier mardi, 26 octobre 2010, au GHK, dans la commune de la Gombe devant plusieurs délégations conduites par les chefs des armées et des polices des pays de la CEEAC. A cette occasion, il a exhorté les experts de tous les pays de la CEEAC à un travail d’analyse touts azimuts, sans complaisance afin de proposer des recommandations pratiques et efficaces pour la mises en œuvre d’une Force africaine. Cela permettrait l’intégration de la CEEAC dans le grand ensemble africain dans la lutte pour la paix qui reste un grand catalyseur du développement de nos pays. 

L’expérience congolaise au service de la CEEAC

          Dans cette vision, le lieutenant-général Didier Etumba a souligné que la RD Congo s’engage à rester actif dans tous les mécanismes de défense de la CEEAC, car, après une dizaine d’années de conflits armés sur son sol, la RDC possède l’expérience et connaît l’importance de la paix qu’elle veut partager. A cet effet, il a loué l’initiative courageuse du Commandant suprême des FARDC qui a décidé de la réforme de l’Armée pour en faire un instrument plus professionnel, plus moderne et efficace au service de la paix et du développement. 

          Auparavant, le représentant du Chef d’état major général des Forces armées angolaises, Jorge Barros Nguto, a dit sa joie de participer à ces assises au nom de son pays. Il a réitéré sa confiance aux résultats de ces travaux et a présenté son message de félicitation à l’endroit du peuple congolais et de son président pour l’accueil de présentes assises. Par après, le représentant du Secrétaire général de la CEEAC a aussi lu le message lui confié pour la circonstance devant les représentants des Etats membres de la communauté. Il a remercié particulièrement tous ceux qui ont contribué à la réussite de l’Exercice Kwanza 2010. Il n’a pas oublié l’U.A. qui avait dépêché un observateur chevronné à cette occasion.

            On rappelle que la CEEAC comprend l’Angola, la RCA, le Congo/Brazza, le Gabon, la Guinée Equatoriale, la RCA, Sao Tomé et Principe ainsi que le Tchad. 

SAKAZ

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*