Léopards : triste fin d’une aventure

0
107

Dame la chance, qui a permis à l’équipe nationale de la République Démocratique du Congo de se qualifier, dans la douleur, pour les huitièmes de finale de la Coupe d’Afrique des Nations en Egypte, après un premier tour catastrophique marqué par deux défaites humiliantes devant l’Ouganda (0-2) et l’Egypte (0-2), leur a totalement tourné le dos hier dimanche 7 juillet à Alexandrie. Fébriles et souvent brouillons dans le jeu, les joueurs congolais ont été menés au score à deux reprises, avant d’égaliser à deux reprises, de rater plusieurs fois le but du KO par Bakambu, Assombalanga, Akolo et Bolasie, puis de sombrer dans la séance des tirs aux buts.

            Il y avait d’un côté un onze soudé techniquement et physique au point et de l’autre, un conglomérat de onze joueurs dont chacun essayer de faire quelque chose pour la défense de la patrie. Le courage n’a pas suffi pour éviter le naufrage.

            En dépit de toutes les alertes lancées de partout les mettant en garde contre la très jeune et flamboyante équipe de Madagascar, les Léopards et leur entraineur ont laissé l’impression de continuer à dormir sur leurs lauriers du 4-0 réussi face au Zimbabwe. Joueurs, staff technique et même supporters ne juraient que par une nouvelle fessée à administrer aux « Zebus ». A l’arrivée, l’élimination est douloureuse. Elle est tellement douloureuse que l’opinion exige que des têtes puissent tomber au niveau de l’encadrement technique et de la Fédération Congolaise de Football (Fecofa), avant l’entament d’un remaniement de fond de l’équipe nationale. Visiblement, la vieille garde est fatiguée. Il faut le renouvellement des effectifs.

            Mais au-delà, il faut repenser la politique sportive nationale, en termes d’aménagement des infrastructures et de leur gestion, de l’organisation des compétitions communales, provinciales et nationales, de la rue jusqu’au niveau de l’élite, en passant par les écoles, les universités, l’armée, la police… de la préparation des équipes d’âge, du sponsoring dans le sport, de la formation des encadreurs techniques, de la préparation des compétions africaines et internationales, etc.

            L’échec des Léopards exige d’être décortiqué correctement afin de repartir sur de nouvelles bases. Sinon, comme souvent déploré dans les médias et dans les débats de rue entre sportifs, on risque de passer rapidement l’éponge et de retomber, comme par le passé, dans l’improvisation. Affaire à suivre.                                      Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •