Lecture croisée de l’affaire MUHINDO du MSR : la Justice congolaise fait peur !

0
90

998460_368253473301775_916511442_nC’est un véritable tollé qu’a provoqué le verdict rendu public avant-hier par la Cour Suprême de Justice dans l’affaire du député national MUHINDO Nzangi du Mouvement Social pour le Renouveau (MSR), pourtant l’un des partis membres de la Majorité présidentielle. Tollé généralisé car d’une part la procédure en urgence n’a duré que l’espace d’une demi-journée et d’autre part c’est à l’ouverture de cette audience que l’incriminé a pris connaissance des charges criminelles lui imputées. Par ailleurs, faut-il le souligner, les deux infractions d’outrage au Chef de l’Etat ainsi que celle de l’incitation de la population à la révolte passibles de la peine de mort ont curieusement été abandonnées par la Cour pour ne se focaliser que sur celle d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat.

 Ce qui a le plus provoqué ce tollé, c’est la fait que le député national a été interpellé à la sortie du studio de la Radio « Kivu One » et conduit les mains menottées manu militari jusqu’à l’aéroport de Goma. Selon ses dires lors de cette audience d’avant-hier, tous ses effets lui avaient été confisqués lors de son transfert vers l’aéroport, notamment son téléphone portable, ce qui l’a empêché d’avertir son épouse et le siens. Un autre élément ; l’inculpé n’a pas bénéficié du temps nécessaire pour consulter ses avocats afin que ces derniers examinent soigneusement les pièces du dossier comme l’exige le droit sacré de la défense. Trois ans de servitude pénale principale, cela parait moindre par rapport à la peine capitale qu’il aurait encourue si la Cour des céans avait retenu l’infraction d’incitation de la population à la révolte. Cependant, MUHINDO Nzangi va certainement perdre son mandat électif et tous les avantages tant politiques, matériels, financiers que moraux reconnus à cette charge.

Cette affaire a été considérée comme la goutte qui a fait déborder le vase, dans la mesure où l’opinion était depuis quelque temps scandalisée par de nombreuses autres affaires judiciaires. On cite entre autres les dossiers Pasteur Fernando KUTINO, CHALOUPA, MOKIA, Adolphe ONUSUMBA, BAKUNGU Mithondeke, Martin MUKONKOLE, Guy-Eugène DIOMI Ndongala, etc.… Lesquels se sont clôturés par des décisions iniques et injustes car ne reposant sur aucune preuve palpable de culpabilité. C’est ainsi que l’on a vu des filles reconnues majeures se déclarer mineures dans le but d’incriminer une personnalité politique de l’opposition. On a vu des personnes présentées comme indigentes sur la foi du serment devant le juge rattrapées plus tard en possession des moyens financiers de poids, notamment trois passeports dont deux octroyés par des services d’immigration des Etats tiers, trois billets d’avion et surtout des sommes consistantes d’argent pour vivre en Europe.

Justice : le pilier de la démocratie

Il est généralement admis que la justice est le pilier de la démocratie. Mais si elle fonctionne mal ou à la tête du client, elle constitue un blocage aux investissements privés, à la bonne gouvernance et au respect des droits de l’homme. A moins de revenir à l’époque du MPR, parti-Etat ou des Etats de l’empire soviétique de type stalinien, l’on ne comprend pas le rôle des services des renseignements civils et militaires devant lesquels sont d’abord déférés des personnalités politiques ou des responsables des sociétés commerciales privées et étatiques pour y subir des interrogatoires serrés avant d’être remis à la justice qui finit par leur infliger des peines de prison reposant sur des dossiers vides. Cela donne l’image d’une messe déjà dite quelque part pour être formalisée au tribunal. Il a en été ainsi pour cette affaire du député MUHINDO Nzangi car à l’audition de la cassette relatant ses déclarations sur les ondes de la radio « Kivu One » les auditeurs n’ont relevé aucune trace des trois charges lui infligées. A qui le prochain tour ?                                                                         F.M. 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*