Le soutien avéré au terrorisme du M23 en RDC par le Rwanda appelle des sanctions de l’Union Africaine (Par Tshiswaka Masoka Hubert)

0
45

L’Union Africaine devrait aussi sanctionner le Rwanda pour son soutien avéré au mouvement terroriste du M23 qui est décrié par l’ONU, les Etats-Unis, la Hollande, la Grande Bretagne et l’Allemagne. Face à l’incapacité du gouvernement de la République Démocratique du Congo (RDC) à mettre hors d’état de nuire ce mouvement terroriste, l’UA est dans l’obligation d’écouter le peuple congolais qui s’exprime directement et pacifiquement contre des crimes graves commis au Kivu.

 Un des objectifs de l’UA est de « promouvoir la paix, la sécurité et la stabilité du continent ». L’organe chargé de mettre en œuvre ces objectifs et principes est le Conseil de paix et de sécurité (CPS) qui a le pouvoir de « prendre des initiatives et des actions jugées appropriées » en réponse à des conflits. Le CPS prend des décisions de plein droit, et celles-ci sont contraignantes pour les États membres de l’Union. L’article 4 du Protocole de l’acte constitutif du CPS, reconnait le droit à l’UA d’intervenir dans les États membres dans les cas de crimes internationaux, en l’occurrence des crimes contre l’humanité, crimes de guerre, et du génocide.
 Le mercredi premier aout, les chrétiens de l’Église  catholique, à travers les diocèses de toutes les 11 provinces de la République Démocratique du Congo (RDC), ont marché pour dénoncer la tentative de balkanisation du pays, condamner la commission des crimes internationaux ainsi que de graves dégâts matériels au Kivu. Cette marche a été précédée, le mardi 31 juillet 2012 par le lancement, par des jeunes de la Nouvelle société civile congolaise (NSCC), de la « Campagne nationale contre la guerre en RDC » dénommée « opération bayi mboka batimbeli » qui consistait à faire du bruit par des coups de sifflet, tam-tams,  klaxons, cloches, casseroles et trompettes.


 Ce qui parait anodin et désespéré est la réponse pacifique du peuple congolais aux actes violents et barbares de terrorisme du M23 soutenu par le Rwanda et l’Ouganda. Par cet acte pacifique, le peuple congolais, désemparé dans la désolation, en appelle aux autres peuples du monde libre, épris de paix et de justice à arrêter le carnage en cours dans le pays.
 Le peuple congolais endure des moments difficiles, que d’aucuns compareraient aux temps du génocide rwandais de 1994 ou de la persécution des juifs en Europe. A ces deux périodes, le plus fort faisait la loi au détriment de ses victimes comptées en millions. La propagande cynique et mensongère était l’une des armes redoutables qui retardait tout esprit bienveillant d’agir. Dans le cadre de l’attaque contre la RDC, l’apport intellectuel des lobbyistes occidentaux à l’instar de Tony BLAIR (l’ancien premier ministre britannique), est considérable. Il a réussi à mettre à la disposition de Paul KAGAME un ensemble de stratégies et d’actions psychologiques qui ont influencé toute la perception publique des événements dans l’Est de la RDC, des acteurs ainsi que des enjeux. BLAIR et son groupe d’intérêts économiques ont aidé KAGAME à endoctriner et embrigader la communauté internationale, des lobbies propriétaires de certains medias et leur faire agir et penser de la manière voulue par leurs bureaux d’études stratégiques.
L’Afrique contemporaine doit faire comme le monde occidental du temps des guerres mondiales et se réveiller pour dire : « plus jamais » des massacres à grande échelle sur le continent. L’Union Africaine doit mettre hors d’état de nuire des dirigeants véreux comparables à Hitler ADOLF et accélérer des projets de développement centrés sur des valeurs humaines et le bien-être collectif des peuples africains, en s’inspirant des valeurs d’UBUNTU.


Les nations civilisées, tirant la leçon des affres des deux guerres mondiales, avaient écrit la Charte de l’Organisation des Nations Unies (ONU) qui reprend en son préambule les considérations qui avaient révolté la conscience humaine en s’engageant « […] à préserver les générations futures du fléau de la guerre qui, par deux fois, en l’espace d’une vie humaine, a infligé à l’humanité d’indicibles souffrances ; à proclamer à nouveau [notre] la foi dans les Droits fondamentaux de l’Homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité de droits des hommes et des femmes, ainsi que des nations, grandes et petites […] »
 Le Président Rwandais Paul KAGAME, en finançant le terrorisme du M23 contre la RDC, fait reculer toute l’humanité de plusieurs décennies et ne laisse finalement au peuple congolais que le choix de considérer le principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes que pose la Charte de l’ONU (article 1, alinéa 2). Ce principe qui a été introduit à l’époque de la rédaction de la Charte pour légitimer les luttes de décolonisation menées par des peuples de part le monde a été renforcé le 24 octobre 1970 par la 25e session de l’Assemblée Générale de l’ONU, dont la sixième commission avait soumis et obtenu l’approbation sous résolution 2625 de la « Déclaration relative aux principes du droit international touchant les relations amicales et la coopération entre les Etats, conformément à la Charte des Nations Unies ».


 Cette résolution (2625) réaffirme le « principe d’égalité des droits des peuples et de leur droit à disposer d’eux-mêmes» et impose à tout Etat de s’abstenir de recourir à toute forme d’activités qui priverait les peuples de leur droit à disposer d’eux. mêmes et de leur indépendance. Ceci implique deux éléments importants : (i) que chaque peuple dispose d’un choix libre et souverain de déterminer la forme de son régime politique, indépendamment de toute influence étrangère ; et (ii) que lorsqu’un peuple réagit et résiste à une influence dans l’exercice de son droit à disposer de lui-même, il est en droit de chercher et recevoir d’ailleurs un appui conforme aux buts et principes des Nations Unies.
 La démarche pacifique du peuple congolais est noble. L’Union Africaine devrait s’en saisir et condamner le Rwanda, et lui exiger d’arrêter sans conditions de financer et armer le groupe terroriste du M23. L’humanité a besoin de promouvoir des valeurs de justice, de paix et du bien-être collectif, au détriment des plans cyniques et barbares de déstabilisation de la RDC, avec des organisations criminelles qui attaquent et pillent un Etat voisin. Le Président rwandais devrait s’inspirerdes grands hommes d’Etat de la trempe de Mandela qui ont donné en héritage leur savoir faire qui inspire le monde entier.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*