Le Sénat dans la fièvre du Budget 2022

0
48

En attendant la mouture présentement sous examen à l’Assemblée nationale depuis plus d’une semaine, le Sénat a réceptionné, le vendredi 26 novembre, par le biais de son président, le professeur Modeste Bahati Lukwebo, assisté des membres de son bureau, le projet de Budget 2022, déposé par le ministre d’Etat en charge du Budget, Aimé Boji. Cette précaution est dictée par le souci du gouvernement de voir la chambre haute du Parlement prendre déjà connaissance du contenu de cette nouvelle loi des finances, de manière à l’enrichir avec le maximum des données du terrain, avant son examen en plénière.

         On apprend du reste que Modeste Bahati a aussitôt après transmis le document à l’ECOFIN (Commission Economique et Finances), afin que cette dernière fasse le toilettage nécessaire pour rendre le travail des sénateurs plus aisé lors des débats en plénières. Commentant sa démarche peu après sa sortie du bureau du président du Sénat, le ministre d’Etat au Budget, Aimé Boji, a rappelé que le projet de loi des finances pour l’exercice 2022 est à hauteur 20.730 milliards de Francs Congolais, soit l’équivalent de 10 milliards de dollars américains, ce qui représente un croissement d’environ 42,2 % par rapport à celle de l’exercice 2021, plafonnée à 7,1 milliards de dollars américains.

         Le ministre du Budget a fait savoir que le gouvernement a privilégie, dans la configuration de la loi des finances 2022, cinq secteurs prioritaires, notamment la Sécurité, la Santé, l’Education, les Infrastructures et les Investissements. Le maître mot pour la gouvernance du pays s’articule autour de la réduction du train de vie de l’Etat, et plus précisément de ses institutions.

         Il a également souligné attendre beaucoup du Sénat, dont les élus proviennent du Congo profond, censés mieux connaître les réalités de l’arrière-pays. Il s’est réjoui, à cette occasion, de la présence actuellement des missions parlementaires à travers les 26 provinces de la République, avec pour tâche principale l’évaluation des recettes découlant de la collecte des taxes, impôts et autres redevances par les régies financières ainsi que de celles du secteur des mines. Il croit savoir qu’avec de telles données, le Sénat va être suffisamment informé pour apporter, au budget 2022, des recettes additionnelles conséquentes, comme il l’a déjà fait par le passé.

         On signale que ce lundi 29 novembre 2021, les sénateurs sont appelés à adopter, article par article, la proposition de loi relative aux personnes vivant avec handicap ; mais aussi à examiner l’interpellation du Directeur général de la Regideso – une initiative de leur collègue, Papy Bazego – ainsi que la recevabilité  de la proposition de loi de leur autre collègue Didier Mumengi, portant sur la sauvegarde et la valorisation du patrimoine culturel matériel et immatériel de la République Démocratique du Congo.

                            Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •