Le quartier Kindele et l’UNIKIN risquent de manquer de l’eau

0
353

unikinLes habitants du quartier Kindele, dans la commune de Mont-Ngafula et l’Université de Kinshasa, sont sous la menace d’une interruption de fourniture en eau potable. Les fortes pluies qui se sont abattues à Kinshasa la semaine dernière ont causé d’importants dégâts sur la route Kimwenza-Mission où le caniveau de drainage des eaux de pluies à été endommagé, créant ainsi une érosion au niveau de l’arrêt Kasaï.

Si le gouvernement provincial n’intervient pas d’urgence dans les prochains jours pour stopper cette érosion, les tuyaux de la Regideso se trouvant à cet endroit risquent d’êtres emportés et plonger ainsi toute la population de ce quartier et le site universitaire de Kinshasa,  dans une pénurie d’eau criante. Pourtant, ce n’est plus que cette conduite primaire de 400 mm de diamètre qui dessert actuellement en eau potable l’Université de Kinshasa à partir de son usine de traitement d’eau de Lukaya, pour la simple raison que l’ancienne canalisation de 250 mm de diamètre de la station de repompage de Gombele, qui alimentait auparavant ce site a été complètement isolée à cause des inondations et des constructions anarchiques, au niveau du croisement de la route de Campus et avenue Bay Pass (Triangle).

 Lors de notre descente sur terrain le samedi 28 novembre 2015 pour nous enquérir de l’état d’avancement de l’érosion, les habitants du quartier Kindele ont saisi cette occasion pour lancer leurs cris d’alarme à l’endroit des autorités afin de leur éviter le pire.

« L’eau, c’est la vie. Si ces tuyaux se coupent, nous allons manquer de l’eau, donc la vie. Et si nous n’avons plus de l’eau, nous serons obligés de consommer de l’eau non potable, qui va automatiquement nous exposer aux maladies hydriques et contribuer à la hausse du taux de mortalité. Chose contraire aux actions du gouvernement qui s’emploie à lutter pour la réduction du taux de mortalité dans le pays. Même si le quartier Kindele demeure dans les oubliettes du gouvernement,  dans ce cas précis, l’Etat a plutôt intérêt à nous venir en aide parce qu’il est question de vie », ont déclaré les habitants de Kindele.

Cette population a par ailleurs salué l’initiative de la Regideso qui entreprend déjà quelques travaux pour sécuriser le tuyau, et l’ont encouragée à maintenir le cap.

Il sied de signaler que ces efforts de la Regideso ne suffisent pas face à l’ampleur des dégâts.  Ils nécessitent donc d’êtres soutenus et renforcés par les actions efficaces des autorités afin de sauver toutes ces vies menacées et les maisons qui se voient emportées petit sous les regards impuissants de leurs propriétaires.

L’urgence de remédier à cette situation s’explique également par les conséquences que pourrons subir ces milliers d’étudiants de l’Unikin, qui par manque d’eau, risquent de voir leur année académique perturbée.

Myriam Iragi 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •