Le premier Congrès se précise : Tshisekedi et ses troupes en ordre de bataille

0
46

Annoncé pour la mi-décembre 2010, le premier Congrès de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social) ne fait plus l’ombre d’un doute. En effet, le week-end dernier, le Coordonnateur Principal de la Commission de l’étude de l’organisation et de la tenue de ce forum a remis à la presse un communiqué qui balaie les dernières zones d’ombre.

En effet, ce haut cadre du parti fait savoir « aux membres des organes centraux, à savoir le Collège des Fondateurs, la Présidence Nationale, le Comité National et le Secrétariat National que les formalités administratives les concernant, en rapport avec leur participation au Premier Congrès du parti se remplissent tous les jours ouvrables, de 11h00 à 17h00, à la Permanence du parti, dans la commune de la Gombe ».  

           Selon la même source, la période des inscriptions s’étend du 1er au 30 novembre 2010. Les autres catégories de participants seront certainement fixées, dans les jours à venir, sur les dispositions arrêtées à leur égard. Mais, au moment où Etienne Tshisekedi, président national de l’UDPS et ses troupes se mettent en ordre de bataille, en prévision des scrutins de 2011( élections présidentielle, législatives nationales, législatives provinciales, sénatoriales, urbaines, municipales et locales), l’on apprend que certains membres du Comité National, l’équivalent du Parlement du Parti, seraient mécontents de cheminer vers un « nouvel ordre institutionnel » et sans doute de nouveaux animateurs, dont pourraient accoucher le Premier Congrès du Parti, en vue de sa redynamisation.

            Et, dans le dessein de perturber les préparatifs de ces assises et de troubler les esprits, ils multiplient, à visages couverts, des initiatives de nature à décourager les bonnes volontés et à perpétuer le statu quo ante. Pourtant, le train du changement a déjà quitté la gare, tel que signalé par le Président national lui-même, dans ses récentes sorties médiatiques à partir de Bruxelles, et largement relayées au pays. Et, au rythme où il progresse, rien ne semble pouvoir l’arrêter.

            La dernière vague de mesures disciplinaires prononcées à l’endroit des « cadres rebelles » et réfractaires à la discipline du parti, devraient pourtant inciter ces cadres rebelles du Comité National et tous ceux qui sont tentés de les suivre dans leur aventure, à bien lire et saisir les signes du temps.  Etienne Tshisekedi a été clair : le Premier Congrès du parti est incontournable.

            Par ailleurs, il tient au strict respect des directives qu’il donne aux cadres qu’il a bien voulu responsabiliser pour la bonne tenue de ces assises. D’où, tout propos ou démarche contraire à ce qui va dans le sens de la réussite du Premier Congrès de l’UDPS est d’office sans objet.

            Il est à espérer que ceux qui ont choisi la voie du sabotage des préparatifs du Congrès vont rectifier le tir avant qu’ils ne soient démasqués et mis hors d’état de nuire. Le Congrès de décembre, laisse-t-on entendre, devrait balayer les dernières taupes de la maison « UDPS ».

                                                                                  KIMP.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*