Le PDC soutient le Dialogue national

0
148
José Endundo, ministre congolais de l'Environnement. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo
José Endundo, ministre congolais de l'Environnement. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo
José Endundo, ministre congolais de l’Environnement. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

A l’instar d’autres partis politiques qui sont actuellement préoccupés par des stratégies à mettre en place en prévision des enjeux de l’heure et des élections générales à venir, le PDC (Parti Démocrate Chrétien) vient de tenir son premier congrès du 14 au 15 novembre 2015. Cadre choisi : la Foire Internationale de Kinshasa (Fikin).

Dans son discours de clôture des travaux du congrès, le président national du parti, Gascro Bamboka, a souligné que la tenue de présentes assises s’inscrit dans l’optique de la restructuration du parti et augure une nouvelle ère qui donnera  de meilleures perspectives pour la lutte politique et la gestion de la chose publique en République Démocratique du Congo.

Il a saisi l’occasion pour rafraichir la mémoire de l’assistance en rappelant que le PDC tire ses origines de PDJCZ (Parti Démocrate des Jeunes Chrétiens du Zaïre), avant d’être transformé en Parti Démocrate Chrétien (PDC).

Gascro Bamboka a aussi réaffirmé l’appartenance de son parti à la majorité présidentielle, famille politique qui soutient les actions du chef de l’Etat, Joseph Kabila. Il a, en effet, rappelé que le PDC avait d’abord adhéré à l’Alliance pour la Majorité Présidentielle, AMP, en 2006, en perspective de la tenue du second tour de la présidentielle en 2006 en vue de soutenir le candidat Joseph Kabila.

Cette décision avait été prise par le bureau politique du parti en lieu et place du congrès conformément aux statuts, spécialement l’article 26 des textes régissant le fonctionnement du parti.

            Et, il reconnait que le soutien au candidat Kabila a rapporté bien des bénéfices au parti après la victoire de celui-ci, notamment des postes ministériels, d’administrateurs dans les entreprises et services publics.

            Par ailleurs, le parti renouvelera sa fidélité à la famille politique du chef de l’Etat en 2011 lorsque l’AMP se muera en MP (Majorité présidentielle), en signant la charte d’adhésion. C’est encore une fois le bureau politique qui signera la charte en lieu et place du congrès.

            Une  décision importante se rapportant à l’actualité prise en marge de ce premier congrès est celle de soutenir le Dialogue national qui sera incessamment convoqué.

            Concernant la structure fonctionnelle du parti, le PDC est dirigé par Gascro Bamboka, président national. Il est secondé par 4 vice-présidents, à savoir : Bienvenu Liyota, Robert Bompolo, Sébastien Impeto, et Mme Annie. Et Lydie Ebenga assume les fonctions de secrétaire générale.

Dom

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •