Le message de Félix Tshisekedi au Grand Equateur : le Congo a besoin des ministres « esclaves du peuple »

0
203

Après les notables du Grand Kasaï et du Bandundu, le Chef de l’Etat   Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, avait reçu, le vendredi dernier à la Cité de l’Union Africaine, ceux représentant le Grand Equateur, triés sur le volet. Ces filles et fils de la province de cette partie de la République ont manifesté leur volonté de l’accompagner dans son quinquennat pour sortir la RDC de la misère noire, dans laquelle croupit sa population  depuis des décennies.

            De son côté, le Chef de l’Etat en profité pour leur rappeler sa vision du nouveau Congo qu’il rêve de placer sur l’orbite, au cœur du continent africain, capable de faire bouger les lignes.  « Le Gouvernement du Peuple qui ne travaillera rien que pour le Congo et sa population est en gestation », a-t-il promis à ses convives.

            Le Président de la République, qui s’exprimait en lingala pour la circonstance, a indiqué qu’il reste déterminé, depuis son investiture, à améliorer le vécu quotidien de ses concitoyens, notamment les militaires et policiers, les agents de l’Etat… en leur accordant des salaires dignes pour nouer les deux bouts du mois. En effet, il brûle d’envie de pratiquer la politique d’investissement dans l’homme congolais pour le rendre utile à sa patrie.  

Conscient de la lourde charge qu’il porte pour mener à bien cette mission, il a soutenu mordicus que l’on doit inévitablement augmenter les recettes de l’Etat, par leur canalisation vers le trésor public. Il a stigmatisé, au passage, les deux antivaleurs à combattre sans merci, à savoir la « corruption » et « l’impunité », qui ont caractérisé la gestion de la chose publique depuis des décennies. Il a martelé que l’on doit abandonner ces mauvaises habitudes tant décriées dans le passé, si on veut travailler pour l’intérêt général du peuple congolais.  Et cela, soutient-il, permettra au Gouvernement d’avoir les moyens de sa politique.

            Commentant les spéculations qui s’accumulent autour de la formation du futur gouvernement de la République, le Chef de l’Etat a insisté sur le fait que les futurs ministres devraient accepter d’être des « esclaves du peuple ». En d’autres termes, le pays devrait rompre avec des ministres prédateurs, qui viennent au gouvernement pour se remplir les poches, au détriment de la collectivité nationale. Il a indiqué qu’un Code de bonne conduite sera élaboré incessamment, comme garde- fou, de manière à sanctionner rapidement ceux qui pensent que les fonctions ministérielles sont faites pour s’enrichir.

Paraphrasant le feu Président Mozambicain, Samora Machel, qui ne cessait de déclarer que: « Je vis de la politique et dans la politique », il a souligné que le leitmotiv de ceux qui aspirent aux fonctions publiques doit être avant tout l’apostolat, le sacerdoce.

            En substance, le Chef de l’Etat a déclaré : « Je vous remercie d’être venus nombreux dans votre diversité afin de prouver le soutien qu’apportent tous les enfants de l’Equateur à la mission qui m’a été confiée par le peuple congolais ». Le Chef l’Etat travaille désormais à fond pour l’unité des filles et filles du pays ».

            Dans une réflexion pleine de sagesse, il leur a dit en face: «  la politique peut nous diviser, mais le pays ne peut pas nous diviser », avant de les inviter à « abandonner tout ce qui peut diviser le peuple congolais dans toute sa diversité. Selon lui, « les politiques doivent travailler durement pour léguer le bonheur aux générations futures », leur rappelant à l’occasion son message de la campagne électorale axée sur la réconciliation nationale, avec à la clé l’amour du Congo et du Congolais.

Passation du pouvoir

  « Ce qui s’est passé est historique. C’est quelque chose qui n’a jamais eu lieu dans notre pays depuis les temps immémoriaux. Moi, je glorifie Dieu parce que le suis le premier à ne pas comprendre ce qui s’est passé. Ce qui s’est passé c’est hors de tout entendement », a renchéri le Président. Pour lui, un hommage mérité doit être rendu à son prédécesseur, Joseph Kabila Kabange, dont le mérite doit être reconnu par le peuple congolais, pour avoir épargné la RDC d’un bain du sang. 

            Prenant la parole au nom des Notables, M. Eteni a assuré que toute la population du Grand Equateur est derrière le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi Tshilombo, le seul Président élu et légal de la RDC et lui a promis son soutien indéfectible. Il a souligné qu’avec l’arrivée de Félix Tshisekedi à la tête de la RDC, les lignes vont réellement bouger, raison de plus que les filles et fils du Grand Equateur se rangent derrière lui. « Le moment est venu de mettre en valeur toutes les richesses dont regorge la forêt équatoriale, 2ème poumon du monde après l’Amazonie », a-t-il plaidé.

Jean-René Ekofo

  • 12
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •