Le marché des Anciens Combattants : sombre tableau

0
63

 

Situé au croisement des avenues du Marché et de la Route de Matadi, au quartier A/bis, dans la commune de Ngaliema, le marché des Anciens Combattants présente un tableau sombre. Communément appelé « Wenze ya Cité », il est désigné ainsi en mémoire des soldats de la Force Publique ayant participé à la seconde Guerre Mondiale (1940-1945).
 
Ce marché compte six pavillons mais les marchandises sont vendues à même le sol. Pourtant,
 de nombreux clients venant de plusieurs quartiers périphériques s’y approvisionnent en denrées de consommation courante. Il est déconseillé aux visiteurs de se présenter aux installations sanitaires car celles-ci se trouvent dans un état lamentable. Le personnel chargé de son entretien est composé essentiellement de vieux papas bons pour la retraite.
Selon l’Administrateur adjoint en charge des finances, André Buensa, chaque vendeur est appelé à débourser 300 Fc chaque jour impair ouvrable et 200 Fc chaque jour pair. Quant à la taxe de vente, elle revient à 200 Fc par jour. Le travail d’entretien général, baptisé « Salongo » intervient chaque samedi entre 6 et 9 heures du matin.
S’agissant de l’état délabré des échoppes, l’argentier du marché des Anciens Combattants a indiqué que leur réparation relève de la compétence de l’Hôtel de Ville, qui a signé un contrat avec une entreprise privée. Le coût de chaque échoppe à réhabiliter est de 20 dollars américains. Mais vendeurs et vendeuses se plaignent de ce taux exorbitant, qu’ils disent ne pas être en mesure de payer. Par conséquent, ils sont obligés d’étaler leurs marchandises par terre.
 
Patrick Makobo (stg/Ifasic)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*