Le mandat de la Monusco expliqué aux jeunes leaders

0
68

La MONUSCO n’a pas eu tort d’organiser hier mardi 31 janvier dans la salle de la bibliothèque de l’Institut supérieur des techniques appliquées (ISTA) une séance d’information sur son mandat en Rd Congo à l’intention des leaders des associations et des mouvements estudiantins. Il se dégage clairement de cette séance que le mandat de la MONUSCO n’est pas bien connu par les étudiants. Elle a intérêt à multiplier de telles séances non seulement à Kinshasa mais également à l’intérieur du pays pour mieux se faire connaître. La coordonnatrice de l’unité Outreach a indiqué que la MONUSCO était prête à ce genre des séances pour éclaircir la situation de son mandat. Il revient donc aux étudiants de s’organiser pour l’inviter.

Après l’introduction du secrétaire général académique de l’ISTA et de Manodje Mounoubai, directeur de l’information publique de la MONUSCO, c’est Aïssatou Laba Touré, coordonatrice de l’unité Outreach de la division de l’information publique de la MONUSCO qui a eu la lourde tâche de faire une présentation générale du mandat de la MONUSCO. 

Elle a rappelé à ce sujet que le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté le 28 mai 2010, la Résolution 1925 installant la Monusco, après avoir reconnu que la Rd Congo entrait alors dans une nouvelle phase de sa transition vers la consolidation de la paix. La nouvelle orientation au mandat de la mission dans le pays consistait à accorder une importance plus accrue à la consolidation de la paix pour raffermir et faire avancer la stabilisation du pays. Ainsi la Résolution 1991 du 28 juin 2011 a mis l’accent et insisté sur les points suivants : la protection des populations civiles, l’appui au processus électoral, l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie globale de sécurité nationale et la lutte contre la menace des groupes armés…

 Tour à tour les différents responsables de certaines structures de la MONUSCO sont passés à la tribune pour parler de la section des affaires politiques, du bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme, de la section des affaires civiles, de la police et de la force de la MONUSCO, ainsi que de la division électorale de la mission.

Plusieurs questions ont été posées aux différents intervenants comme celle consistant à savoir « pourquoi il y a recrudescence de la violence au pays quand arrive le temps de proroger le mandat de la MONUSCO», « pourquoi malgré une forte présence militaire la force de la MONUSCO n’arrive pas à bout des groupes armés étrangers et nationaux», «pourquoi le rebelle Cobra Matata qui avait réintégré les FARDC avait fini par rejoindre le maquis ». Tant bien que mal les intervenants ont répondu aux questions des étudiants ou ils les ont orientés vers  le gouvernement congolais pour la question par exemple de Cobra Matata.
Abordé pour exprimer son point de vue sur la séance, l’étudiant Azapateba Blaise de 2ème licence en Droit et chancelier du café juridique à l’UNIKIN, a déclaré : « C’était très intéressant. Nous avons compris par exemple que conformément à son mandat la MONUSCO a apporté un appui considérable au processus électoral en Rd Congo surtout sur le plan logistique ». L’étudiant Olivier Fidami de la faculté de Droit et président des étudiants de l’Université protestante au Congo estime que « c’était une séance d’information qui nous a permis d’avoir un éclaircissement sur le mandat de la Monusco et il nous revient de répercuter le message de façon à éclaircir la lanterne de nos bases ».

Jean- René Bompolonga     .        

   

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*