Le mal congolais

0
312

En son temps, sous le régime du feu Maréchal Mobutu Seko, le Bureau politique du MPR (Mouvement Populaire de la Révolution) avait, en 1974, épinglé dix « fléaux » réputés constitutifs du « mal zaïrois ». L’échantillon comportait la corruption, le tribalisme, le régionalisme, le trafic d’influence, le manque de patriotisme, l’enrichissement sans cause, les inégalités sociales, etc.

 Alors que le « mal zaïrois » est toujours là, avec les antivaleurs décriées il y a plus de quatre décennies, un autre a pris corps dans le microcosme politique congolais. Il s’agit du « mal congolais ». Le phénomène se manifeste par une haine viscérale de l’homme politique congolais vis-à-vis de son adversaire politique, surtout lorsque ce dernier est jugé coupable du péché mortel d’avoir gagné dans les urnes. Alors que le pays se trouve engagé dans la voie de la démocratisation, clairement déblayée par la passation civilisée du pouvoir entre les Présidents sortant et entrant, la nouvelle culture politique se veut celle de la diabolisation des hommes et femmes ayant pris le contrôle des affaires publiques et du torpillage de leurs actions.

Nombre d’opérateurs politiques congolais battus lors des dernières compétitions électorales, aussi bien à l’échelon de la présidence de la République, de l’Assemblée Nationale, du Sénat, des assemblées provinciales, du gouvernorat de provinces que du gouvernement national et des exécutifs provinciaux, ne nourrissent qu’une intention : les voir échouer.

Interdit de réussir en politique

Pour ce qui est singulièrement du Président de la République, certains candidats malheureux au poste tiennent à le voir ne rien réussir pendant cinq ans. Dans cette optique, tout ce qu’il entreprend dans le cadre de la décrispation est jugé négatif : libération des prisonniers politiques et d’opinions, retour au pays des exilés politiques, fermeture des amigos des services de sécurité, liberté d’opinion et d’association, libéralisation des activités politiques, réouverture des médias fermés, etc.

Sont systématiquement pris à partie et jeté dans le panier à crabes, tous les acteurs politiques (hommes et femmes) qui osent reconnaître avoir recouvré la liberté grâce à Félix Tshisekedi, ou être revenus d’exil grâce au changement de régime politique. L’autre péché à s’interdire de commettre, c’est de déclarer que « la vérité des urnes » appartient au passé ou de s’inscrire dans le schéma de l’opposition républicaine. Dans l’entendement des radicaux, l’opposition au pouvoir en place doit répondre au décor d’actions violentes contre le nouveau pouvoir.

            Bref, à leur avis, la RDC ne doit retrouver ni sa stabilité politique, ni sa cohésion nationale.

Pour l’insécurité

récurrente à l’Est

            L’engagement du nouveau Chef de l’Etat de se battre, jusqu’au sacrifice de son sang, pour que le pays en général et sa partie Est en particulier retrouvent une paix durable a engendré des cercles de mécontents chez les acteurs politiques inscrits dans le schéma de l’insécurité récurrente. Leur calcul est que plus les gens vont mourir sous les balles des forces négatives ou les minerais vont être pillés par ces bandes d’inciviques, et davantage serait fragilisé le pouvoir en place. Si le pays devenait ingouvernable et incontrôlable, pense-t-on, Félix Tshisekedi serait obligé d’écourter son mandat et de rendre le tablier, pour cause d’incapacité de rétablir la paix et l’autorité de l’Etat dans les parties en proie aux forces négatives.

Dès lors, des cas tels que ceux de reddition des seigneurs de guerre locaux et leurs miliciens, de redynamisation de l’état-major opérationnel des FARDC à l’Est, de traque conjointe des rebelles ougandais et rwandais ainsi que des miliciens par les FARDC et la Monusco dérangent cette catégorie de politiciens opposés à l’éradication de l’insécurité.

Partisans de l’isolement diplomatique

            Fort appréciées par le commun de Congolais, les actions diplomatiques d’éclat menées par le nouveau Chef de l’Etat n’enchantent pas les architectes de l’isolement diplomatique. D’où, la normalisation des relations entre la République Démocratique du Congo et ses neufs voisins, l’Union Africaine, la SADC, la CEEAC, l’Union Européenne, les Nations Unies passe, à leurs yeux, pour le retour au néocolonialisme. Il aurait suffi que Félix Antoine Tshisekedi soit déclaré persona non grata à la tribune de l’UA ou de l’ONU ou qu’il soit absent au Vatican, lors de la création de Mgr Ambongo comme Cardinal, pour qu’ils sautent au plafond et crient à la non reconnaissance de sa victoire électorale à la présidentielle.

            Ils cherchent, chaque jour, la faille dans les croisades diplomatiques du Président de la République. A défaut d’y parvenir, ils en sont aujourd’hui à faire croire à l’opinion interne que les caisses de l’Etat seraient au rouge à cause des voyages du Chef de l’Etat à l’Etranger, alors que cela est faux.

Interdiction de bâtir un Congo nouveau

            Pour la bonne et simple raison qu’ils ne sont pas au pouvoir, les anti-Tshisekedi aimeraient  que le social du Congolais ne change pas d’un iota. Clochardisé de 1965 à ce jour, sous les régimes de Mobutu, de Laurent-Désiré Kabila et de Joseph Kabila, sa situation devrait reste en l’état, jusqu’à ce que le précité quitte le pouvoir, et le plus tôt serait hic et nunc. Par conséquent, la gratuité effective de l’enseignement de base, les travaux de réhabilitation et construction, à Kinshasa comme en provinces, des routes, ponts, écoles, hôpitaux, stations de traitement d’eau, barrages et micro-barrages, bâtiments administratifs, logements sociaux en matériaux préfabriqués, etc.

Ils ne veulent entendre parler ni de la relance de plusieurs entreprises publiques, à savoir Transco, SCTP (ex-Onatra), SCPT (ex-OCPT), Miba, SNCC, Gécamines…ni du réchauffement des partenariats économiques avec la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International, la Banque Africaine de Développement, les USA, la Chine, la Belgique, le Japon, la SADC, le Comesa, la CEPGL, la CEEAC… encore moins de l’adhésion de la RDC à ZLECAF (Zone de Libre Echange Continentale Africaine) ou des promesses fermes des investisseurs de diverss horizons de participer à la construction d’un nouveau Congo 

            La mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement dans les écoles primaires du secteur public apparaît comme l’action qui a fait le plus mal aux politiciens qui appellent de tous leurs voeux l’échec d’une initiative pourtant saluée par toute la nation.

Comme Mobutu, sans eux… c’est le déluge

            Feu le Maréchal Mobutu Sese Seko, Président-Fondateur du MPR (Mouvement Populaire de la Révolution), ne se privait de clamer, à qui voulait l’entendre, qu’après lui, ce serait le déluge dans l’ex-Zaïre. Chacun peut constater, 22 ans après sa sortie honteuse du pouvoir, par la petite porte, qu’il s’était lourdement trompé. Même si la recette de la mauvaise gouvernance qu’il avait léguée à la postérité a trouvé de chauds adeptes parmi les « Kabilistes » et leurs alliés « Mobutistes » opportunistes, le pays est encore débout.

            Des jalons de son redressement économique sont en train d’être posés par Félix Antoine Tshisekedi, qui s’est déclaré, dès son investiture, otage de la devise de son père : « le peuple d’abord ».

            Alors qu’il en est encore au stade du balisage du chemin de la prospérité pour tous, ceux qui ont préféré se mettre en marge du changement de gouvernance estiment que sans eux, le pays ne pourra jamais avancer. Ils sont occupés à réfléchir, nuit et jour, aux stratégies les plus sophistiquées qui bloqueraient sa marche vers la paix durable, la stabilité politique, l’émergence économique et industrielle.

Dans la nouvelle culture politique congolaise, l’échec intégral de l’adversaire est perçu comme la recette la plus sûre d’accès au pouvoir. Au lieu de souhaiter le progrès du pays en attendant que sonne son heure pour accéder, démocratiquement, à la magistrature suprême, l’homme politique congolais préfère hériter du chaos.               Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •