Le GS du Mont Amba de nouveau dans la tourmente

0
133

Il y a un peu plus de deux mois, le fonctionnement du Groupe Scolaire du Mont Amba était totalement perturbé par la grève déclenchée par l’ensemble du personnel à la suite des problèmes générés par l’application de la mesure de gratuité de l’enseignement fondamental.

Ecole d’application de l’Université de Kinshasa, le Groupe Scolaire du Mont Amba s’est retrouvé dans une situation difficile avec une grande partie de son personnel non pris en charge par l’Etat parce que non mécanisé.

 La situation a été portée à la connaissance du ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire qui a dans ses attributions la gestion de l’Université de Kinshasa pour trouver une réponse appropriée pouvant à la fois rassurer le personnel et les parents.

Après plusieurs semaines de silence, le ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire est passé sur les ondes de la Radio Top Congo pour affirmer que toutes  les écoles d’application des institutions d’’Enseignement Supérieur et Universitaire n’étaient pas concernées par cette mesure. Mais, il a laissé toutes les portes ouvertes aux négociations pour résoudre le problème dans un futur non déterminé.

Au Groupe Scolaire du Mont Amba, le message a été immédiatement décrypté. Et, dans le souci de sauver l’année scolaire, il a été décidé en urgence de reprendre les enseignements avec l’aide des parents, en attendant que l’Etat  se manifeste. C’est dans ces conditions que les enseignants ont repris le travail comptant sur le versement de leurs salaires en ce qui concerne les non mécanisés sur la prise en charge des parents.

            L’école a fonctionné normalement jusqu’il y a 48 heures lorsque subitement, ces responsables ont été interpelés pour semble-t-il sabordage de la mesure de la gratuité. La question que les observateurs se posent est celle de savoir, comment sans avoir donné les réponses attendues aux questions relatives à la mécanisation d’une bonne partie du personnel et donc à leur prise en charge effective par l’Etat, on peut exiger d’un personnel qu’il travaille sans perspective d’être payé.

             C’est  cela la question qui se pose au Groupe Scolaire du Mont Amba. Il est inutile de se voiler la face et de créer de faux problèmes là où il n’y en a pas. Les membres du personnel sont des citoyens à part entière de ce pays. Ils ont des droits qu’il faut respecter.

             Au moment où nous mettons sous presse, nous avons appris que la gratuité pourrait de nouveau être à l’ordre du jour dans les écoles d’application des universités et instituts supérieurs.  Mais, il est important de souligner l’urgence de régler le problème de mécanisation si on ne veut pas que les choses dérapent. Ventre affamé n’ayant point d’oreilles, il va de soi qu’on ne peut attendre aucun rendement du personnel si le cycle d’impaiement des salaires recommence. C’est une question de souci social. Ngalamulume

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •