Le gouvernement dans l’engrenage de la rentrée scolaire

0
37

 A l’issue d’un sit-in de plusieurs heures devant les bureaux du Premier ministre Adolphe Muzito, une délégation du Syndicat des enseignants du Congo (Syeco), conduite par son secrétaire général Jean Pierre Kimbuya, a déposé un mémorandum des enseignants à l’intention du Chef du gouvernement de la Rd Congo. Cette activité syndicale s’est déroulée hier jeudi 12 août 2010, à la Primature, dans la commune de la Gombe. Ceci en prévision de la rentrée scolaire fixée pour le 06 septembre 2010. Selon les décisions prises lors de leur assemblée générale du 17 juillet 2010, les enseignants veulent trouver un modus vivendi avec le gouvernement pour une rentrée scolaire apaisée. Ils ont lancé à cet sujet un ultimatum qui coure jusqu’au 31 août 2010, aux autorités du pays. Et la bonne volonté du gouvernement pour améliorer le vécu quotidien des enseignants devait se manifester, selon l’esprit de cette assemblée générale, à la paie du mois de juillet 2010.

          C’est pour inciter le gouvernement à mieux préparer la rentrée scolaire et éviter un débrayage qui ne pourrait être que préjudiciable à la jeunesse congolaise que ce sit-in a été organisé. Le mémo rappelle la situation préoccupante connue l’année dernière dans le fonctionnement du secteur éducatif de la Rd Congo et épingle le retard chronique de paiement des salaires ; la modicité du salaire des enseignants et personnel de l’Education ; l’inapplication de la transposition des grades et le retard dans la mécanisation des enseignants ; le non uniformisation des salaires sur toute l’étendue de la République conformément au Protocole d’accord du 14 Novembre 2007 signé par le ministre du Budget et l’Intersyndicale nationale du secteur public.

 

Des revendications légitimes

          Se basant sur les statuts particuliers des enseignants, conformément aux ordonnances 231 et 232 du 15/10/1990 ; la Déclaration universelle des Droits de l’Homme ; la Constitution de la RDC et les recommandation de l’Unesco de 1997, le Syeco exige dans son mémo l’application effective du 3ème palier des accords de Mbudi accordant au huissier 208 $ et 2080 $ au secrétaire général et ce, dans le respect de la tension barémique de 1 à 10 à partir du 20 août 2010. Il demande aussi l’uniformisation des salaires de base pour tous les enseignants et personnel de l’Education à travers le pays avant la rentrée scolaire 2010 ; le respect de l’échéance du 20 de chaque mois pour la paie des salaires ; la prise en compte de la titularisation des enseignants conformément aux ordonnances 231 et 232 du 15/10/1990 ; l’alignement des salaires des professeurs d’universités à ceux des responsables politiques des institutions et l’amélioration des salaires des corps administratif et scientifique au regard des statuts de l’ESU.
          Le Syeco rappelle que l’Education est un chantier prioritaire de la République. Et n’est pas éduquer c’est périr. Par conséquent il s’aligne sur la position des Evêques catholiques qui demande que les retombées de l’annulation de la dette de la RDC profitent prioritairement au secteur éducatif. Le non respect de ces revendications, pour ce syndicat, risque de compromettre la rentrée scolaire 2010-2011 et de peser négativement.

         SAKAZ

 

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*