Le face à face Monsengwo – intellectuels remis à ce mardi

0
77

monsengwo04L’opinion nationale et internationale, qui a tant soif de connaître la position de l’archevêque métropolitain de Kinshasa, le cardinal  Laurent Monsengwo Pasinya, sur la controverse portant sur la révision constitutionnelle, a dû prendre son mal en patience. La communication du prélat à l’ouverture du séminaire des intellectuels catholiques sous le thème « La responsabilité de l’intellectuel face à la révision constitutionnelle », initialement prévue hier lundi 14 juillet 2014, a été renvoyée à ce mardi à la Cathédrale Notre Dame  du Congo.

Selon les organisateurs, le raté d’hier était imputable au retour tardif du cardinal Monsengwo à Kinshasa, le dimanche 13 juillet 2014, en provenance de Rome, où il siège dans le gouvernement de sa Sainteté, le pape François.

 Ce prince de l’église a finalement résolu de décaler son intervention sur la révision constitutionnelle d’un jour, le temps pour lui de procéder à l’ordination desdits diacres hier lundi 14 juillet à la Cathédrale Notre Dame du Congo.

Entre-temps, le pavé tant attendu du cardinal Monsengwo sur la révision constitutionnelle fait déjà bouger les officines politiques aussi bien de la Majorité que de l’Opposition. D’aucuns craignent qu’il emboite le pas à la Communauté internationale et à la CENCO (Conférence Episcopale Nationale du Congo), qui avaient déjà dit non à tout tripatouillage de la Constitution, notamment par l’application du suffrage indirect en lieu et place du suffrage universel direct, et exigé la publication, par la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante), d’un calendrier électoral global.

L’Opposition, qui se réjouit de toutes les déclarations mettant en garde le pouvoir actuel contre toutes velléités de révision constitutionnelle, considère déjà l’ancien président de la Conférence Nationale Souveraine comme un allié dans son combat pour la quête de l’alternance démocratique à la faveur des élections locales, municipales, urbaines, législatives provinciales,  législatives nationales et présidentielle de 2014 à 2016.

On signale qu’hormis le cardinal Monsengwo, les autres orateurs annoncés à la Cathédrale Notre Dame du Congo sont le professeur Jacques Ndjoli, sénateur et ancien vice-président de la CENI, le professeur Kalele de l’Opposition, l’acteur politique Kambili de la Majorité présidentielle, etc.

            ERIC WEMBA 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*