Le député national Isekemanga crie à la fraude planifiée

0
204

Pour ne plus revivre la situation des élections générales de 2006 qui furent reprises dans son territoire sur décision du pouvoir organisateur, l’honorable René Isekemanga Nkeka a écrit à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).
Dans son mémo adressé au président de cette institution, l’élu du territoire de Befale dans la province de l’Equateur invite son correspondant à ouvrir l’œil sur les préparatifs de la fraude auxquels des agents commis aux opérations préélectorales dont l’enrôlement, se livrent actuellement dans son fief.

C’est au cours d’une conférence de presse tenue, samedi 11 juin dernier, qu’il a porté à la connaissance du public son mémo adressé au bureau de la Ceni.
Se référant au mauvais souvenir de la situation vécue à la reprise des législatives en 2008 à Befale, le député national pense qu’il est temps pour que l’actuel pouvoir organisateur de prochaines élections, évite la répétition de ce qui était arrivé à l’époque à Befale, district de la Tshuapa, province de l’Equateur.

Selon l’auteur du mémo, il a été constaté aux élections reprises en 2008, entre autres : la disparition des cartons de bulletins de vote ; le bourrage des urnes dans les secteurs de Douale et de Lomako ; la circulation des fausses cartes d’électeurs, l’enrôlement illicite des mineurs en vue de gonfler le nombre d’électeurs dans certaines localités bien ciblées ; la délivrance de plus d’une carte aux mêmes personnes pour leur permettre de voter plusieurs fois ; ainsi que l’achat des cartes d’électeurs des enrôlés dans le secteur de Befumbo dans le but de les empêcher de voter les candidats de leurs choix.
Face à cela, René Isekemanga vient de prendre le taureau par les cornes. Raison pour laquelle, il a jugé bon d’alerter la Ceni à temps pour que des dispositions soient prises dès maintenant.

C’est pourquoi, il suggère que le chef de bureau de liaison de la Ceni à Befale soit un non originaire du territoire en vue de garantir l’impartialité des actions, ne pas accepter les membres des bureaux de vote de 2008 implantés à Duale et Lomako où la fraude fut manifeste ; etc.

En plus, conseille-t-il, à l’examen des candidatures, il faudra que les instances judiciaires compétentes veillent au strict respect de la loi électorale.
A ce sujet, il a dénoncé le cas d’un agent de la défunte Cei (commission électorale indépendante), repris à la Ceni et qui a joué un rôle pas du tout propre dans l’opération de révision du fichier électoral en cours, qui vient de démissionner de ses fonctions pour se porter candidat.
D’après le député national élu de Befale, ledit monsieur a déjà tout planifié de façon à permettre la fraude en sa faveur.

Dominique Mukenza

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*