Le démenti de l’OCC aggrave le malaise

0
475

Dans un démenti en trois points daté du 7 avril 2020, l’Office Congolais de Contrôle informe le public qu’il n’a jamais reçu ni analysé un lot de chloroquine contrairement aux informations véhiculées sur les réseaux sociaux.

Le lot auquel se réfère ici l’OCC et qui fait l’objet d’un bulletin d’analyse contesté, est attribué à l’Ambassade de Haiti en République Démocratique du Congo – et non à Olive Lembe, épouse de l’ancien Président Joseph Kabila- , une représentation diplomatique semble-t-il inexistante dans notre pays.

Au-delà du tohu-bohu dont raffolent les réseaux sociaux, l’information principale à retenir est que l’OCC n’a jamais reçu un quelconque lot de chloroquine pour analyse. Cette révélation est faite le jour même où le ministre de la Santé, recevant un lot important de chloroquine en provenance de la Belgique, a déclaré que le produit avait déjà été teste et qu’il ne se posait donc pas de problème de conformité.

En publiant sa mise au point, l’OCC veut-il dire que tous les lots de chloroquine qui circulent dans la ville ont échappé au circuit de contrôle ? Si oui, quelle protection apporte-t-il à la population et au système de santé dans notre pays ?

La deuxième question s’adresse au Dr Muyembe qui avait promis, après reception du lot de chloroquine remis par Mme Olive Lembe, de soumettre le produit aux tests avant utilisation. A-t-il tenu cette promesse ? Si oui, auprès de quel laboratoire ? La même question s’adresse au ministre de la Santé, le Dr Eteni Longondo. Peut-il confirmer que le dernier lot de chloroquine a été effectivement contrôlé ?

Dans l’attente des précisions des uns et des autres, nous estimons nécessaire de souligner que la santé de la population est une chose trop sérieuse pour être banalisée. Ceux qui ont reçu mission de conduire la riposte doivent nous rassurer et nous montrer qu’ils prennent à cœur leurs responsabilités.

Dossier à suivre.

L.P.   

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •