Le D.G. de l’IITA et le Chef de l’Etat partagent la même vision

0
335

Faire de l’agriculture une source de développement et de la diversification de l’économie congolaise pour l’émergence de la RDC, est l’une des grandes préoccupations du Président de la République, Félix Antoine Tshilombo’’ : tel est le message que le directeur général de l’ l’International Institute of Tropical Agriculture (IITA),  Dr. Sanginga Nteranya, a livré aux professionnels des médias  lors de la conférence de presse qu’il a animée hier jeudi 20 juin 2019 au siège de cet organisme, situé sur l’avenue Haut-Congo, dans la commune de la Gombe, en face de l’ACP. Cette rencontre était organisée pour la restitution de sa mission officielle à Kinshasa, laquelle a pris environ une semaine.

            Selon lui, cette visite avait pour objet d’aborder les questions cruciales liées aux grands enjeux pour la mobilisation de toutes les parties prenantes en faveur de l’agriculture en Afrique d’une part, mais aussi de transformer le système agricole congolais en business, notamment par l’industrialisation de sa production et la commercialisation  des produits en vue de générer des recettes pour le pays.

            D’entrée de jeu, le représentant-résident de l’IITA/RDC, Zoumana Bamba, a adressé un mot de bienvenue à l’assistance, tout en soulignant que la présence de son supérieur hiérarchique en RDC visait à encourager les équipes présentes sur le terrain à redoubler de dynamisme dans le travail.

            Quant à sa rencontre avec le premier citoyen congolais, Dr. Sanginga a indiqué que le président Tshisekedi s’est montré fort enthousiaste à l’idée de visiter la station IITAMKalambo et a été très impressionné par la description des technologies de l’hydroponie semi-autotrophe et du SAH qui seront installées dans ce site.

             «Le président veut étendre ces technologies à l’ensemble de la RDC en faveur des producteurs de manioc en RDC», a-t-il révélé. Cependant, a-t-il souligné, « l’hydroponie semi-autotrophe est une technologie de production hors sol et SAH est une méthode agréée à faible coût pour la propagation rapide des plants de manioc exempts de virus, adaptés à la culture des semences de manioc commerçables ».

            Comment partir de l’agriculture classique pour une agriculture de business ? Le patron de l’IITA a fait savoir à l’assistance qu’il est important pour la RDC de créer  un leadership conséquent dans le chef des Congolais, surtout des jeunes, d’autant plus que ce secteur est une ouverture pour le développement du pays, qui compte plus de 120 millions d’hectares non exploités. Leur mise en valeur devrait apporter des milliards de dollars américains au trésor public.

            Par ailleurs, l’agriculture business créerait des milliers d’emplois d’une part et, d’autre part, constituerait un moyen efficace de lutte contre la pauvreté et la faim. Toutefois, il y a lieu de développer d’abord l’industrialisation avec les petites et moyennes entreprises afin d’attirer les grands investisseurs étrangers au pays. 

            Interrogé sur le profil du futur ministre de l’Agriculture, il a émis le souhait de voir le secteur agricole être animé par un technocrate partageant la même vision que le Chef de l’Etat, à savoir que la lutte contre la pauvreté, le chômage et la faim par la mécanisation des méthodes culturales, l’utilisation des semences améliorées, l’aménagement des routes de desserte agricole. Vue sous cet angle, le secteur agricole redeviendrait, comme sous la colonisation belge, créatrice des richesses et de l’abondance alimentaire. Ainsi, la RDC pourrait donner suffisamment à manger à ses 46% d’enfants malnutris.  

            Le D.G. de l’IITA a rappelé son expérience personnelle vécue dans sa  jeunesse concernant l’ex –Zaïre et la Chine. Il constate que le passé de l’actuel RDC était « rose » alors que le présent est devenu très noir. Quant à la Chine, dont le passé n’était que famine, est devenue une puissance économique grâce son « miracle agricole ». Elle a réussi à diversifier son économie en prenant appui sur l’agriculture, conformément à la vision du président  Mao Tsé- Toung, dont le pari principal était l’élimination de la famine.

            Dr. Sanginga a profité de l’occasion solliciter du Président de la République l’inauguration, par ses soins, de la station de recherche de l’IITA Kalambo à Bukavu, en RDC, et de son baptème au nom de «Président Olusegun Obasanjo IITA campus», en octobre prochain. Ce seraut pour rendre hommage à l’ancien Chef de l’État du Nigeria, Ambassadeur de l’IITA, pour son appui sans relâche à cet organisme.

            Le président Olusegun Obasanjo ce cesse d’apporter sa précieuse contribution à la recherche agricole non seulement au Nigeria, mais également en Afrique. Il a lancé l’initiative « Zero Hunger » (zéro faim) au Nigeria et ce programme a influencé l’agenda de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans son pays. La RDC aurait intérêt à s’engager dans la même voie.

            C’est la raison pour laquelle le conseil d’administration de l’IITA a décidé de donner son nom à la station de recherche implantée à Kalambo, à Bukavu. Dorcas NSOMUE

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •