Le corps du chauffeur de Chebeya découvert à Mpasa

0
56

Fini le suspens. Tous les espoirs de retrouver vivant Fidèle Bazana Edadi, le chauffeur du directeur exécutif de la Voix des Sans-Voix pour les droits de l’homme (VSV), Floribert Chebeya Bahizire, se sont envolés. Il ne pourra plus jamais témoigner sur l’assassinat macabre de celui qu’il appelait affectueusement « Président » et qu’il a accompagné, quarante-huit heures plus tôt, à l’Inspection Générale de la Police Nationale où il devait rencontrer le général John Numbi Banza Ntambo. Son corps a été découvert à Mpasa au-delà de l’aéroport international de N’Djili, le matin du jeudi 3 juin 2010.

La triste information a été livrée à la presse par le Collectif des ONG de défense des droits de l’homme de la RD Congo, jeudi 3 juin 2010, au siège des « Amis de Nelson Mandela pour la Défense des Droits de l’homme » (ANMDH), au quartier Matonge, dans la commune de Kalamu. Le corps inerte de cet infortuné lâchement abattu a été récupéré par ses collègues de la Voix des Sans-Voix qui l’ont immédiatement amené à la morgue de l’hôpital général de référence de Kinshasa (ex-Mama Yemo), où se trouve également celui du directeur exécutif de cette ONG, considérée à juste titre comme l’une des plus grandes et des plus crédibles non seulement en République démocratique du Congo, mais également en Afrique et à travers le monde. Chebeya lui-même jouit d’une crédibilité internationale. Il a assisté, à titre permanent, à toutes les sessions des Nations Unies sur les droits de l’homme, à Gèneve.  C’est un grand baobab de la défense des droits de l’homme que les ennemis de la vérité et de la bonne gouvernance ont assassiné. Floribert Chebeya Bahizire était Directeur exécutif de la Voix des Sans-Voix pour les droits de l’homme (VSV), Secrétaire exécutif du Réseau national des ONG des droits de l’homme du Congo (RENADHOC) et Vice-président de l’Union Interafricaine des droits de l’homme pour l’Afrique Centrale (UIDH). Il a été d’une simplicité et d’une humilité exemplaires. Beaucoup de compatriotes dont les officiers tant de la police nationale que des FARDC (supérieurs comme subalternes), les politiciens et autres mandataires publics, les professeurs d’université, les fonctionnaires et agents de l’Etat, ont bénéficié de services et/ou assistance de la Voix des Sans-Voix. Chebeya a fait des émules.  Son nom ne disparaîtra à jamais.

Réactions des activistes des droits de l’homme :

Pour Me Marie-André Mwila Kayembe, secrétaire exécutif de « Toges Noires » et secrétaire exécutif national du « Réseau National pour l’Observation et la Surveillance des Elections au Congo » (RENOSEC) : « C’est douloureux et très regrettable que notre collègue soit assassiné comme un vulgaire malfaiteur. Nous considérons cet assassinat comme un acte d’intimidation auquel nous n’allons pas céder ».

« Cet assassinat constitue une perte énorme non seulement pour les ONG de défense des droits de l’homme, mais pour tout le peuple congolais », a martelé le président du Réseau Provincial des droits de l’homme (REPRODHOC) et président honoraire de l’ASADHO, Amigo Ngonde, avant d’enfoncer le clou : « Chaque fois que nous tirions la sonnette d’alarme pour rappeler au gouvernement congolais que les défenseurs des droits de l’homme et les journalistes étaient en insécurité, le ministre de la Communication et Médias réagissait en nous accusant d’être à la solde de l’étranger, de travailler pour l’étranger. Maintenant, où en sommes-nous ? ».

Robert Ilunga Numbi de « Les Amis de Nelson Mandela pour la Défense des droit Humains » (ANMDH) réclame une enquête internationale. « On ne doit pas continuer avec ce cycle d’assassinat des défenseurs des droits humains et des journalistes. Nous nous insurgeons contre ces enquêtes de complaisance où les innocents sont condamnés alors que les assassins et leurs commanditaires courent les rues et boivent des champagnes. Si enquête il y a, que l’on y associe les défenseurs des droits humains  ».

Michel  LUKA

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*